Elles sont fortes ces américaines quand même

Voici la traduction de la fin du poème lu par la jeune poétesse Amanda Gorman lors de l'investiture de Joe Biden, par Thomas Austenfeld, professeur de littérature américaine à l’Université de Fribourg (Suisse).


...
Alors laissons derrière nous un pays meilleur que celui qui nous a été laissé.
A chaque souffle de ma poitrine martelée de bronze, nous relèverons ce monde blessé pour en faire une merveille.
Nous nous lèverons des collines mordorées de l’Ouest.
Nous nous lèverons du Nord-Est balayé par les vents où nos aïeux ont réalisé la révolution.
Nous nous lèverons des villes bordées de lacs dans les Etats du Midwest.
Nous nous lèverons du Sud baigné par le soleil.
Nous reconstruirons, réconcilierons, et récupérerons.
Dans chaque recoin connu de notre nation, dans chaque coin appelé notre pays, notre peuple, diversifié et beau, émergera malmené et beau.
Quand le jour arrive, nous sortons de l’ombre, enflammés et résolus.
L’aube nouvelle éclot quand nous la libérons.
Car il y a toujours la lumière,
si seulement nous sommes assez braves pour la voir.
Si seulement nous sommes assez braves pour l’être.
...




On sait que depuis un bon moment en général et l'avènement de Trump en particulier, le modèle américain a été complètement écorné, que son influence ne fonctionne plus que pour le mauvais comme on peut le voir en ce moment avec les notions de communautarisme, de cancel culture, de woke etc... L'Europe galère à se trouver une crédibilité, la Chine nous a envoyé TikTok, la Russie ben la Russie quoi tant qu'il y a Poutine !

Alors du coup, outre le fait qu'ils aient réussi à se débarrasser du dingue (mais attention quand même, il a encore de l'influence) et que le nouveau président, fort sympathique au demeurant, me semble un peu hors du coup, il semble que l'influence féminine, quelque soit la couleur de sa peau, soit largement plus positive que celle des hommes. Impression personnelle du haut de ma montagne hein ! Déjà parce qu'elles sont largement plus démocrates que républicaines  et qu'on sait tout le mal que Trump a fait pour la cause des femmes pendant 4 ans (avortement par exemple).

J'ai jeté un oeil sur l'investiture de Biden et en effet il y avait une forte présente féminisme facilement reconnaissable à la couleur des manteaux pour ceux qui ne savent pas faire la différence ;)

Kamala Harris, briseuse de plafonds de verre en tous genres, dont on espère qu'elle va arriver encore plus haut, en tête de toutes.

Amanda Gorman qui a enflammé tout le monde.

Et tant d'autres.

Il y a des jours, je me sens fière d'être une femme. Même si je ne suis pas américaine, mais Nobody is perfect n'est-ce pas ?

Commentaires

  1. Tu veux dire que les gonzesses vont continuer à nous les briser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vous inquiétez donc pas : l'islam triomphant va disperser tout e la basse-cour et renvoyer tout le monde aux cuisines. Et sans discrimination raciale, en plus !

      Supprimer
  2. Bonjour, je voulais vous présenter mon 3ème roman félin « TROPIQUE DU CHAT » (ISBN: 979-10-348-1430-5 / Christine LACROIX), une invitation au voyage sans bouger de chez vous, qui vient de sortir chez Evidence éditions. Il est disponible en broché et en ebook en librairie, chez la boutique évidence ou sur les sites en ligne :https://www.amazon.fr/dp/B084NYFSRL/ref=dp-kindle-redirect?_encoding=UTF8&btkr=1.  C’est un voyage exotique sur l’île papillon. Vous y découvrirez les paysages, la faune et la flore de la Guadeloupe avec pour guide Toussaint Louverture, un chat créole. Un road movie antillais qui vous emporte loin de chez vous. En voici le résumé : Toussaint Louverture est un général de cavalerie né en 1743 à Saint-Domingue. En 1791 il posa la première pierre d'une nation noire indépendante en Haïti. Toussaint Louverture est aussi le héros de «Tropique du chat». Un «Cat-ribéen» qui raconte son île d’azur et de jade à travers ses yeux de félin. Blanchette est une petite chatte métropolitaine qui vit sa deuxième vie en gris, et rêve de lapis-lazuli et d’émeraudes. Sept mille kilomètres d’océan les séparent. Mais le destin se moque des distances… Un extrait est à lire sur mon blog félin : http://chat-pitre.over-blog.com Colonne en bas à droite, dans « MES ECRITS ». Portez-vous bien. AMICHAT. CHRISTINE LACROIX

    RépondreSupprimer
  3. Heureusement que vous n'avez pas mis la totalité du poème. C'est d'une platitude affligeante. Et elle est considérée comme une grande poétesse ? Qu'est-ce qu'un mauvais poète, alors ?

    Barbara

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire