Toute la beauté répandue

"- Stelio, le coeur ne vous tremble-t-il pas un peu, pour la première fois? demanda la Foscarina avec un faible sourire, en touchant la main de l'ami taciturne assis à son côté. Je vous vois pâle et pensif. Quel beau soir de triomphe pour un grand poète!
D'un regard, divinement, elle recueillit dans ses yeux experts toute la beauté répandue parmi ce dernier crépuscule de septembre, si bien qu'en leur vivant ciel brun les guirlandes de lumière créées par la rame sur l'eau voisine environnèrent les hauts anges d'or qui resplendissaient au loin sur les campaniles de San Marco et de San Giorgio Maggiore."
Gabriele d'Annunzio


J'aurais bien aimé pouvoir vous montrer les anges d'or mais ma balade en Italie s'est arrêtée à Vérone bien pourvue elle même en campaniles et ces derniers n'étaient pas ma priorité. Donc pas de campaniles mais des images en vrac, des goûts, des couleurs, du romantisme, du modernisme... l'Italie et sa beauté. Et de la musique bien sûr puisque c'est la ville qui accueillit les débuts italiens de La Callas et que ses arène accueillent un festival d'Opéra chaque année depuis 1913 (hors années Covid).
Le goût puisqu'on y déguste d'excellentes bigoli à l'Hosteria Il Punto Rosa avec un non moins excellent Soave, vin blanc local sans bulles pour ne pas confondre avec le Prosecco qui sert à fabriquer le Spritz Aperol, boisson devenue quasiment nationale depuis une dizaine d'années. Comme quoi l'offre crée le besoin avec un bon marketing.
Pour les couleurs, jetez un oeil sur l'échantillon de photographies que j'ai sélectionnées.
Pour le romantisme, un bout du balcon de Juliette suffira mais finalement ce n'est pas tant cette malheureuse histoire qui fait le charme de cette cité. Ce ne sont pas les délicieuses gelati dont on ne se lasse pas, ni les caffeterias où on peut déguster toutes sortes de cafés plus ou moins forts qui vous empêchent de dormir, ses vestiges puisqu'elle abrite le plus grand nombre de sites romains mis à part Rome, ses églises... oui bon c'est l'Italie et l'Italie sans églises ce n'est pas l'Italie.
Ce n'est pas ça et c'est tout ça à la fois.
Ce qui fait que je me sens vraiment issue de cette culture même si je n'en connais que quelques mots comme buongiorno, ciao et vaffanculo...
Affaire à suivre maintenant que j'ai du temps devant moi et qu'il me suffit de traverser le Tunnel du Mont-Blanc pour changer d'horizon.

L'idée aujourd'hui est de me réapproprier doucement ce blog pour faire partager mes voyages, images, coups de coeurs et peut être un peu de politique à l'occasion.
La pandémie du Coronavirus a un peu malmené les quelques projets que j'avais et laissé en suspens le reste. Je m'étais donnée une année de réflexion, choix qui s'est transformé en obligation.
Quelques idées subsistent dont le combat pour la laïcité et d'autres se profilent avec en toile de fond une certaine détermination à m'occuper de moi et des miens en priorité.
Et l'Italie.
Avec ou sans campaniles.

Volare, oh oh
Cantare, oh oh oh
Nel blu dipinto di blu
Felice di stare lassu






















Commentaires

Publier un commentaire

Articles les plus consultés