29 nov. 2018

Le monde est ce qu'on décide d'en faire

Ce matin je me suis retrouvée en train de faire mes courses chez Carrefour (l'hyper).
5 ans minimum que je n’y ai pas mis les pieds. J’ai du aller faire mon plein chez eux car la station essence de Mermoz n’était pas approvisionnée et comme il devait me rester juste 1/2 litre, j’y ai foncé directement. Et puis j’avais le temps, celui que maman termine sa chimio. 
Bref, après un bon moment de déambulation dans les rayons armée de l'application Yuka pour éviter d’acheter n’importe quoi, j’arrive aux caisses. 
J’ai beau être connectée, j’aime avoir affaire à des vraies personnes, surtout quand on me propose un horizon de machines automatiques. J’ai fini par trouver la caissière sympathique qu’il me fallait. Je lui ai expliqué mon besoin d’humanité dans cette fourmilière où personne ne connaît personne. Comme au marché quoi. 
On a discuté du présent, du futur, des robots et des entrepôts géants. On s’est quittées avec le sourire. J’ai rendu sa journée agréable et elle la mienne. 
Quand j’ai récupéré ma voiture je me suis aperçue que j’étais garée sous un panneau « Monsieur Délicat ». Ça m’ai fait sourire. Ils ont de l’humour chez Carrefour finalement, même si, à mon humble avis, il va falloir qu’ils revoient un peu ce modèle.
On verra à mon prochain passage... dans 5 ans.