23 janv. 2014

Evidemment Lyon

J’aime beaucoup le slogan de la campagne des Municipales. 
Le mot évidence vient du Latin "videre" qui signifie voir*.
C’est tellement évident que « ça crève les yeux ». 
A mon arrivée à Lyon il y a une quinzaine d’année, sous le signe du hasard, rien n’était évident si ce n’est qu’il me fallait prendre un nouveau départ après une trop longue parenthèse où je fus étrangère aux autres et à moi-même. Longtemps après, je sais qu’il était nécessaire que ça soit ici et nulle part ailleurs. 
Nécessité devenue rapidement une certitude, donc une évidence. 
La parisienne née en Tunisie a finalement trouvé son point d’ancrage. 
A tel point que donner mon temps et mon enthousiasme en a été la suite logique. 
Tellement évident mon cher Watson.
Nous reste à convaincre les lyonnais de tout ceci.
Pas si compliqué à mon avis on sait bien par ici que Lyon est le centre du monde. même si tout le monde peuvent pas être de Lyon, il en faut ben d'un peu partout. N'est-ce pas les gones ?

*(source Wikipedia)



Bookmark and Share

17 janv. 2014

Formidables

On dit toujours qu'en politique personne ne se fait de cadeau. 
C'est vrai que ça peut être un univers impitoyable (oui oui comme dans Dallas) mais pour la majorité des élus, ceux qui comme moi sont sur le terrain tous les jours et dont le but est de faire avancer les projets de leur ville et d'améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens, cette définition n'est vraiment pas valable.
En tout cas pas pour moi.
Cette  idée est d'autant plus ancrée en moi depuis notre dernier Conseil d'Arrondissement.
Cette seconde où Christian Coulon n'a pas pu contenir son émotion quand il a voulu rendre hommage à ceux qui ne repartiront pas avec nous la prochaine fois.
Ceux qui ont travaillé d'arrache-pied pour que notre arrondissement devienne un des plus dynamiques de Lyon.
Des gens formidables.
J'ai vraiment été très contente de les connaître moi aussi.
Marie-Françoise Deharo en premier qui m'a appris beaucoup sur ce travail depuis toutes ces années où je la côtoie et qui m'a également honorée de son amitié.
Formidables je vous dis.


Bookmark and Share

15 janv. 2014

Déjà le 15 janvier.

Source Musée Gadagne
J'aimerais avoir les facilités de certains de mes collègues à raconter leur vie au jour le jour. Je pense en particulier à Thierry Philip qui a le talent de raconter simplement ce qui fait le sel de sa vie de Maire. Voilà quelqu'un qui a bien compris ce qu'est un blog. Ce n'est pas le cas de beaucoup de personnalités politiques. Je voulais le faire savoir, moi qui vais fêter mes 10 ans de blogueuse quelque part vers la fin de l'année (je n'ai plus la date en tête).
10 ans à écrire. Beaucoup au début. Beaucoup  moins maintenant.
Faire un billet me demande beaucoup plus de temps et de réflexion qu'avant.
Et il faut avouer que si en 2004 je pouvais anonymement écrire tout ce que je voulais, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Tout le monde dans mon entourage plus ou moins proche sait qui je suis et ce pseudo sensé me permettre de pourfendre la bêtise et l'adversaire politique n'est plus qu'une défroque fort sympathique qui permet de me différencier des twittos et autres blogueurs politique.
Et parce que dans Trublyonne, il y a Lyon.
Lyon la ville dont je suis tombée amoureuse il y a 15 ans, la ville où j'ai reconstruit ma famille, mes racines, à tel point que j'ai même choisi de m'y engager il y a 5 ans. Ils méritaient bien que je leur donne un peu de mon temps et de mes facultés, cette ville et ses habitants qui m'ont si bien accueillie quand j'ai débarqué seule avec mes enfants, là dans ce 8ème arrondissement qui, je l'ignorais alors, allais devenir le centre de ma vie.
Ce soir va se tenir le dernier Conseil d'Arrondissement de ce mandat. Mon dernier de Conseillère. Dans quelques jours, nous allons entrer en campagne. 
A un moment de ma vie où je pourrais commencer à envisager un avenir plus paisible, j'ai choisi de me représenter.
Parce que tous ces petits moments que je n'ai pas su raconter, ces rencontres avec les habitants, les membres des associations, les animateurs culturels, les autres élus, les artistes et même les sportifs, ces petits et même souvent grands moments, je les ai adorés. Et que quand on aime et qu'on a encore la faculté et la niaque de faire avancer les choses, on ne laisse pas tomber comme ça.
J'espère de tout cœur que les habitants de notre arrondissement et de toute la ville, nous offriront la possibilité de le continuer à faire. Nous allons avoir 2 mois pour expliquer à tous ceux qui n'auraient pas encore compris le travail que toutes les équipes de Gérard Collomb ont accompli au jour le jour depuis 2008. Explications pas forcément nécessaires, il suffit de se promener en ville pour le constater. La qualité de vie ici c'est important.
Et puis parce que je me suis énervée avec Dieudonné en début d'année, je me suis aperçue que je ne vous avais pas présenté mes vœux. Je rattrape cette erreur en vous souhaitant à tous, lecteurs réguliers de ce blog ou pas, habitants connus et inconnus du 8ème, une année 2014 pleine de projets et d'amour. Et bien sûr la santé, parce que sans la santé... Enfin vous savez quoi.




Bookmark and Share

3 janv. 2014

Comment bien s'énerver en commençant 2014 ?

Et bien en se penchant sur le cas Dieudonné.
En cherchant tout ce qui pourrait remettre les pendules à l'heure à ce sujet, tout ce qui pourrait permettre de comprendre où de faire comprendre tout ce qui chez cet individu fascine ou dégoûte à ce point. Tout ça après les fêtes quand l'estomac n'en peut plus et que l'on se sent soi-même un peu vasouillard.
C'est ce qui m'est arrivé ces derniers jours.
Juste au moment où nous sommes en train de nous souhaiter l'année nouvelle bonne et la santé aussi.
Et puis j'ai décidé que non ce type allait arrêter de m'énerver. 
Non ce pitoyable bouffon comme l'a si bien appelé Christiane Taubira ne me fera pas m'engueuler avec des gens que j'apprécie.
Parce que le terme d'humoriste ne lui convient plus, si tant est qu'il lui ait
jamais convenu. En ce qui me concerne, il ne m'a jamais fait rire, même du temps où il était encore avec Elie Seimoun.
Par contre si ça l'intéresse j'ai une ou deux adresses de psy à lui communiquer car à mon avis ce jusqu'au-boutisme dans la provocation et l'infamie démontrent un mal de vivre et un côté très suicidaire qu'il serait peut être bon de soigner avant que tout cela tourne mal pour lui et ceux qui l'entourent. On sait toujours où mène la haine.
Pour le reste, je laisse la parole à la Ministre de la Justice :
"Agir. Réfléchir et agir. Relire attentivement la circulaire du 27 juin 2012 pour
voir si nous aurions oublié une ligne, une virgule dont dépendrait l'efficacité des poursuites. Examiner note par note ce qui aurait pu être traité différemment, plus sévèrement. Comment faire face à cette nouvelle épreuve pour la démocratie ?"
Car c'est à la Justice de faire son travail maintenant. Et vite.
Et à nous de rester attentifs et de faire comprendre au mieux à ceux qui l'encensent à quel point les théories de cet homme sont dangereuses et qu'il les mène  droit dans le mur comme le titre de son spectacle le dit si bien.

Les illustrations de ce billets ont été faites par l'artiste Bedrich Fritta qui a été déporté en 1941 avec sa femme et son bébé à Terezin. Il les a dessinées clandestinement pour les offrir à son fils pour ses 3 ans. Il voulait lui montrer comment était la vie en dehors du camp de concentration, effaçant ainsi la terrible réalité et donnant un formidable exemple d'optimisme. Le père et la mère sont morts, victime de la barbarie nazie. L'enfant et l'oeuvre ont survécu. J'ai découvert leur histoire il y a un mois en visitant le mémorial de Yad Vashem à Jerusalem. Une des raisons qui me rend complètement insupportable le comportement enragé du triste pantin qui nous occupe (trop hélas) aujourd'hui.

Billet fait sans point Godwin mais avec un gros coup de pied au cul.