23 juil. 2013

La banalité des propos racistes ou homophobes

Donc hier un élu de la République a fait une réflexion à propos des Roms et d'Hitler. 
Le genre de réflexion qu'on entend partout en ce moment. 
Dans les bistrots. 
Au bureau. 
Dans les repas de famille un peu arrosés. 
Les arabes qu'on n'a pas assez repoussés à Poitiers. 
Les pédés qui se reproduisent on ne sait comment.
Les juifs je n'en parle pas. 
Le pire c'est que tous ces gens assument leurs propos.
Je n'ai jamais été bégueule et une bonne histoire bien lourde peut me faire hurler de rire.
Là c'est de tristesse que j'ai envie de hurler.
Devant la banalité de tout ça.
La banalité et le cynisme de ces gens.
La faute à qui ? La crise ? Peut-être.
La pauvreté de certains pays où il n'y a pas d'autre issue qu'aller chercher ailleurs de quoi nourrir ses enfants.
Une vie qui ne colle pas à la norme aussi. Le besoin de voyager et de se poser comme on peut.
En même temps, il fait chaud, très chaud en France.
Cette nuit j'ai eu droit à un magnifique orage en direct de ma fenêtre.
La chaleur fait monter les tensions. La preuve à Trappes.
Il faudrait installer des climatiseurs un peu partout. 
Je sais ça coûte cher pour peu de temps mais ça calmerait peut être les esprits et nous éviterait des dérapages comme on vient d'en vivre.
C'est ridicule cette histoire de clim et ça fait démago en plus.
Il suffirait seulement que les gens soient heureux et disposent du nécessaire à leur survie. De l'espace, du travail, de la dignité.
Nous vivons à une époque où beaucoup de monde en manque singulièrement, hélas.
En attendant espérons que la météo soit juste un peu plus équilibrée, ça sera toujours ça de pris. Trop c'est trop.


10 juil. 2013

A-t-on toujours ce qu'on mérite ?

Ce matin en lisant les nouvelles je tombe sur une interview de DSK à CNN, revenant sur son arrestation et laissant entendre qu'il n'a pas compris ce qui lui est arrivé en Mai 2011.
Dans mon écran, je vois que certains se posent la question de savoir si Sarkozy avait mérité la sanction des sages ?
Je pense que ces deux hommes sont persuadés que ce qui leur est arrivé n'était pas mérité, au regard de tout ce qu'ils ont pu apporter à la Société.
Un qui aimait trop le sexe et ne respectait pas les femmes.
Un qui aimait trop le pouvoir et a tout fait pour l'obtenir.
je n'ai pas de réponse à apporter à ce questionnement.
Tout le monde dans sa vie se trouve un jour confronté à une difficulté ou un choc de vie et se pose cette question.
L'ai-je vraiment mérité ?
Mon mari m'a quitté ? l'ai-je vraiment mérité.
Je suis tombée malade ? l'ai-je vraiment mérité.
Mon patron me licencie ? l'ai-je vraiment mérité.
Il l'a bien mérité!
Il n'a pas mérité ça.
Voilà tout ce que tu mérites, ce que vous méritez.
Qui va souvent de paire avec "on t'avais bien prévenu".
Mes associations d'idées m'ont amenée à penser à la Médaille du Mérite que Sarkozy a du joyeusement distribuer pendant sa présence à l'Elysée. Et en cherchant dans Google, je trouve ça :


Je ne sais pas si ce Parti mérite qu'on l'aide d'ailleurs, ni s'il mérite tout ça. Va donc savoir. Ca ne mérite pas une médaille d'ailleurs. Même pas le mérite agricole, ou alors pour Chirac à titre posthume.
Bref je n'aime pas cette notion d'avoir ou pas ce qu'on mérite.
Les choix de vie ne sont pas toujours fait en fonction de ce qu'ils peuvent apporter. Les miens jamais en tout cas.
J'ai eu de sales moments : les avais-je mérités ?
J'ai de très bons moments : pareil ?
La vie est faite de hauts et de bas qui ne dépendent hélas pas de nous, enfin pas toujours.
Maintenant on peut proposer la création d'une médaille du Mérite Malgré Tout pour les sarkozystes qui y croient toujours  et les strausskanhiens qui regrettent encore. Une médaille en chocolat bien sûr. Ces gens ne méritent pas mieux.


8 juil. 2013

Et vous qu'est ce que vous préférez ?

Pour moi c'est tout choisi  et ça se passe ICI : http://jeprefere.fr/

Et hop.

S'il n'y avait que ça.

Je préfère les gens qui ne mentent ni aux autres ni à eux-même (ce qui revient souvent au même d'ailleurs).

Je préfère ceux qui se taisent plutôt que parler pour ne rien dire ou pour râler en permanence.

Je préfère les gens qui doutent à ceux qui ont trop de certitudes.

Je préfère ceux qui savourent les petits moments de bonheur qui leur sont offerts plutôt que de vouloir en avoir plus.

Je préfère aider ceux qui ne demandent rien et restent dignes.

Je prèfère aussi me taire et écouter battre le pouls du monde qui me semble avoir bien du mal en ce moment.

Je préfère partir voir la mer parce que j'ai la chance de pouvoir le faire.

Passez un bel été ici, là ou ailleurs...





Photos David Fokos http://www.davidfokos.net/