Articles

Affichage des articles du mars, 2013

Les idées fausses ça suffit

Image
L'immigration et la population issue de celle-ci est un sujet qui travaille beaucoup de nos concitoyens. En particulier celle qui vient du Maghreb. C'est un sujet dont on me rebat les oreilles régulièrement. Avec un joyeux amalgame puisqu'on part du principe que toute tête un peu basanée et bien sûr louche (Coluche si tu me lis...) est forcément un déliquant. D'ailleurs tout le monde a eu affaire à un de ces types qui lui a pourri la vie ou bien l'a attaqué dans la rue. Evidemment qu'il y en a de la déliquance, il faudrait être aveugle pour ne pas la voir mais personne ne voit pourquoi. Ou ne veut pas le voir. Des jeunes entassés dans des cités avec un avenir pourri n'ont pas forcément vocation à devenir des enfants de choeur. La pauvreté est aussi un facteur déclenchant. Double peine quoi. Suite à une énième conversation à ce sujet ("je ne suis pas raciste mais...") cette semaine, je suis tombée sur la campagne d'ATD QUART MONDE contre les idées r…

Savary et ma jeunesse (minute nostalgie)

Image
Quand j’étais jeune, j’ai eu l’occasion de croiser le Grand Magic Circus. C’était après 68 à la Fac de Nanterre. J’ai croisé aussi les Martin Circus – ceux qui s’éclataient au Senegal avec une copine de cheval – mais c’est une autre histoire. J’ai trouvé ça drôle mais j’avoue que ce n’est pas cette expérience qui m’a fait aimer le theatre. Quelques années plus tard j’ai retrouvé Savary au Théâtre de Chaillot. Les rustres de Goldoni avec Dominique Lavanant se baladant avec des pattes de canard. Je n’ai pas trouvé ça drôle du tout et j’ai décidé que Savary n’était n’était pas ma tasse de thé. A l’époque j’habitais Paris et du coup j’ai loupé son époque lyonnaise au Théâtre du 8ème qui est devenu la Maison de la Danse. Peut-être que j’ai loupé quelque chose. Même que dans les années 80 j'ai refusé une offre de travail à Chaillot (mais ça aussi c'est autre chose). En attendant, l’annonce de son décès m’a fait une drôle d’impression hier. Comme si une partie de ma jeunesse s’en était allée av…