23 févr. 2012

Bertrand se démène pour que les entreprises décalent leurs plans

"EXCLUSIF : Les patrons de la Fnac et d'Areva ont reçu des instructions pour ne pas durcir leurs projets de licenciements. PSA et Renault ont promis de ne rien annoncer avant le mois de mai.

Le cabinet du ministre du Travail, Xavier Bertrand fait le forcing auprès des patrons pour éviter lesplans sociaux. En cette période électorale, l’ex-secrétaire général de l'UMP qui n’a pas envie que les chiffres du chômage, déjà très élevés, ne se dégradent encore veut calmer le jeu d’ici aux elections.

Ainsi, Alexandre Bompard (Fnac) ou encore Luc Oursel (Areva) ont reçu des instructions pour repousser de quelques mois leurs projets de licenciement. La Fnac, qui a fait part de son intention de supprimer 500 postes (dont 300 en France) en janvier dernier, a été priée de ne pas aller au-delà pour le moment. Idem pour le groupe Areva qui projetait de se délester de 3.000 emplois dans l’Hexagone.

Dans le secteur automobile, le couperet tombera après le mois de mai.
Les constructeurs automobiles ne sont pas en reste. PSA avait à l’automne annoncé une réduction de la voilure. Sur les conseils de la rue de Grenelle, le groupe ne fera aucune communication qui puisse inquiéter les salariés d’ici à mai 2012.

Chez Renault, les relations avec l’Etat –actionnaire à hauteur de 15%- sont plus complexes, mais les mesures d’économie évoquées fin décembre par Carlos Tavares, le DG du groupe, sont repoussées de quelques mois.
Elles devraient prendre effet au second semestre et non au premier comme prévu à l’origine.

Les dirigeants ont bien compris que le timing ne leur était pas favorable. L’exemple de Lejaby en a échaudé plus d’un. Ils savent qu’au moindre plan social, les politiques s’en mêleront. Beaucoup n’ont pas envie de voir défiler dans leur usine, les différents candidats prendre fait et cause pour leurs employés."

Source : Challenges

Bookmark and Share

15 févr. 2012

Ferme ta gueule Nicolas, Ferme ta gueule

Ce titre est bien évidemment un gros clin d'oeil à l'intention de François Morel.
Parce que là moi je n'en peux plus.
Je n'en peux plus et je ne suis sans doute pas la seule.
Quand je remonte la pelote du temps (image poétique) je me souviens à quel point nous étions beaucoup à ne pas vouloir de lui en 2007.
Nous n'avons hélas pas été assez nombreux et convaincants.
Je ne reviendrais pas sur le manque de soutien accordé à notre candidate, c'est du passé mais bon, avec un petit effort on aurait sans doute pu s'éviter cette calamité pour la France.
Bref, là j'écoute son discours d'hier aux salariés de Photowatt sur Youtube, je regarde la tête de ceux qui ont été sélectionnés pour l'entourer, le visage impassible de son garde du corps, Alain Cottalorda n'est pas dans le champ de la caméra mais j'imagine sa tête.
Au début, ça va à peu près, il a retenu son texte.
Après ça commence à bafouiller un peu plus.
NKM sourit. Les autres non.
Et il attaque sur Lejaby et les filières d'emploi qui ne marchent pas.
Est ce que vous comprenez dit-il ? "On va vous apprendre un nouveau métier". (il n'a pas dit "bandes de nazes" mais c'est tout comme)
A 57 ans comme vous Monsieur le Président.
Oui à 57 ans et la formation elle est bonne pour tout le monde.
Hop les Quinqua allez apprendre un nouveau métier.
Rendez vous compte bande de veinards.
Je confirme (et là c'est un scoop) j'ai le même âge que le Président.
Putain, 57 ans.
Quand je ne fais pas de politique, je suis assistante commerciale export.
(Nouveau scoop) (je fais mon coming out total dis donc) (sinon je suis toujours hetero).
L'intérêt de mon métier c'est qu'on peut le faire partout où des entreprises veulent exporter.
Pas de souci de formation pour moi donc.
Et si la boite coule, je peux aller faire ce métier ailleurs.
D'ailleurs mon problème actuel ça serait plutôt la transmission de celui-ci vu que mon entreprise se porte plutôt bien et que je lorgne vers la sortie (je touche du bois bien sûr).
En même temps que je fais ça, je fais de la politique (oui je sais c'est pas un scoop).
Là c'est moins simple, je m'y suis prise sur le tard, en 2007, sans doute à cause de Nicolas (un peu) et de Segolène (beaucoup).
Donc je me forme, enfin sur le tas en regardant faire mes collègues, parce qu'à mon âge on ne va pas trop dépenser d'argent pour moi non plus, je ne vise pas la Mairie de Lyon quand même.
Le partage des connaissances, ça peut aussi être une approche intéressante n'est pas ?
Revenons à notre mouton.
Nicolas continue son speech sur la formation.
L'indemnisation c'est bien mais il faut aussi de la for-ma-tion.
Il faut que les Français se for-ment !
Et d'un seul coup le voilà qui déclare que s'il le faut, il leur demandera leur avis aux Français sur la question de la for-ma-tion !
Et hop encore un referendum sur la for-ma-tion ?
Mais qu'est ce qu'il peut raconter comme conneries.
Les gens qui attendent un emploi dans le métier qu'ils connaissent et ne veulent pas se remettre en question.
A-t-il jamais mis les pieds à Pôle Emploi ?
Tous ces gens prêts à accepter n'importe quel boulot pour s'en sortir, vieux ou jeunes.
Mais il faudrait qu'il y en ait du boulot Nicolas.
Je n'en peux plus de lui, for-ma-tion ou pas.
Au lendemain de son élection, j'ai fait contre fortune bon coeur, je me suis dit que tout ce que nous avions pensé ou imaginé à son sujet allait s'avérer faux et qu'on aurait peut être de bonnes surprises.
Tu parles.
Un boulet, les français ont élu un boulet.
Un boulet qui les a pris pour des cons.
Qui leur parle comme s'ils étaient des demeurés qui ne comprennent rien à rien.
J'espère, oh oui j'espère, que les fameux demeurés vont enfin voir clair et le virer au mois de Mai.
Parce que là, on pourra enfin espérer qu'il la ferme enfin sa gueule.
Une bonne fois pour toute.
Et aller se faire for-mer à ce tout qu'il veut parce que la filière Président de la République sera définitivement fermée pour lui.

Photo : Claire Beguier

10 févr. 2012

Les femmes et la politique

J'ai été sélectionnée récemment par le collectif Digital MuM en référence #tweetpolitique pendant la campagne des présidentielles,

10 femmes pour twitter à gauche, au centre et à droite !

Chacun ses idées, chacun ses espoirs... mais avec un point commun l'engagement !

Si ce n'est déjà fait, je vous invite à me suivre sur Twitter sur le compte @trublyonne

"Les résultats de l'enquête « Les Digital Mums et la Présidentielle », publiés cette semaine, nous apprennent que 87% d'entre nous iront voter en mai.
Mais voter pour qui ? 44% des Digital Mums seraient encore indécises..."

S'il n'y avait que les Digital Mums.

Les autres aussi.

Pour cela il est nécessaire d'échanger, questionner, lire, regarder, écouter et partager pour se faire une opinion.

Ici la couleur est clairement annoncée à gauche toute tendance rose.
Et quand on s'est fait une idée, une opinion et qu'on a envie de la défendre, il faut aussi s'engager. Je sais, je sais, ce n'est pas simple et les femmes restent plus volontiers dans l'associatif où elles trouvent plus de retour de leurs actions que dans un combat politique où l'on peut se perdre parfois.

Oui mais :

A titre informatif, au 1er janvier 2011 le nombre de personnes habitant en France Métropolitaine et dans les DOM était estimée à 65.026.885 habitants.


J'ai trouvé la répartition Hommes/Femmes par tranche d'âge :


-  0-14 ans : 18,5% - hommes 6.180.905 - femmes 5.886.849 *
-  15-64 ans : 64,7% - hommes 21.082.175 - femmes 21.045.867
-  65 ans et plus : 16,8% - hommes 4.578.089 - femmes 6.328.834

Quant à la participation en politique de plus de la moitié de la population française, je vous livrer juste quelques chiffres :


D'après l'Observatoire des Inégalités, "La représentation des femmes en politique progresse, mais bien lentement. On ne compte encore que 18,5 % de femmes à l’Assemblée et 21,8 % au Sénat.


En 2011, 76 femmes ont été élues au Sénat et représentent 21,8 % de la Haute Assemblée. Pour la première fois depuis longtemps, cette part est en diminution : elles étaient 21,9 % en 2008.


Lors des législatives de 2007 la proportion de femmes élues a atteint 18,5 %. Un net progrès par rapport à 2002 (12,5 %).


A ce rythme de progression en nombre de sièges obtenus par les femmes (+ 36) la parité serait atteinte à l’Assemblée dans 25 ans, sauf s’il se passe le même phénomène qu’au Sénat.


Si l’on compte 48 % de femmes dans les conseils régionaux en 2010 contre 47,6 % en 2004 et 27,5 % en 1998, seules deux femmes sont à la tête d’une région, contre trois auparavant.


Parmi les conseillers généraux élus en mars 2011, 13,8 % sont des femmes, contre 10,9 % en 2004 et 9,8 % en 2001. Six femmes seulement sont présidentes de conseil général.


Aux élections municipales de 2008, le pourcentage de conseillères municipales était de 35 %.


On peut noter cependant une différence importante entre les communes de moins de 3 500 habitants, non soumises aux contraintes de la loi sur la parité, qui comptent 32,2 % de conseillères municipales, et les autres communes qui en comptent 48,5 %.


Malgré ces chiffres encourageants, seuls 13,8 % des maires sont des femmes, et celles-ci ne dirigent que 6 des 38 communes de plus de 100 000 habitants."

Je rêve d'un pays où la parité serait parfaitement respectée.
D'un pays où les femmes pourraient s'engager sans que ça nuise à leur carrière professionnelle ou à leur vie privée.
Je rêve d'autres pays ou au minimum le droit de disposer d'elles-mêmes leur serait accordé. Ou leur parole vaudrait bien celles des hommes. Et leur intelligence et leurs capacités reconnues.
Je rêve.
Je rêve.
Laissez moi rêver.


* si j'ai bien compris, il y a un déficit de 294056 filles dans la tranche 0-14 ans, ce qui voudrait dire que plus de garçons sont nés ces dernières années ? Pour les 65 ans et plus, c'est d'accord : on vit plus vieilles c'est bien connu mais là je me pose des questions...

8 févr. 2012

Vous reprendrez bien une pincée d'Aimé Cesaire !

«Liberté, égalité, fraternité, prônez toujours ces valeurs, mais tôt ou tard, vous verrez apparaître le problème de l’identité. Où est la fraternité? Pourquoi ne l’a-t-on jamais connue? Précisément parce que la France n’a jamais compris le problème de l’identité. Si toi, tu es un homme avec des droits avec tout le respect qu’on te doit, et bien moi aussi, je suis un homme, moi aussi j’ai des droits. Respecte-moi. A ce moment-là, nous sommes frères. Embrassons-nous. Voici la fraternité.»

J'en profite pour vous remettre aussi une pincée de Tapies qui représente bien mon humeur du moment.



Et puisque nous aimons beaucoup Aimé Cesaire, allons le lire ICI.




Bookmark and Share

7 févr. 2012

Antoni Tàpies n'est plus et la Syrie souffre

Un peintre majeur de la 2ème partie du XXe siècle vient de nous quitter.
En cherchant des éléments à sont sujet, j'ai trouvé sur l'indispensable Wikipedia, la phrase suivante :
[Au travers de son œuvre, Tàpies montre un intérêt particulier pour les lacérations, les entailles et les griffures au sein de ses compositions. Il qualifie ses œuvres de « champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini. »]
Pour ceux qui passent ici et ne connaissent pas son oeuvre, voici quelques exemples de ce qu'il faisait que j'ai choisi volontairement dans le rouge et noir :








En cherchant ces oeuvres, je suis tombée sur cette photo sur le site du Courrier de l'Ouest.



Près de 100 civils ont été tués lundi 6 février, en majorité dans des bombardements sur la ville de Homs, haut lieu de la contestation dans le centre de la Syrie et sa province, a rapporté l'Observatoire des droits de l'Homme (OSDH).

Tapies et la Syrie : Ou comment l'art rejoint souvent la réalité. Souvenons nous de Picasso et Guernica. Et constatons que le temps passe et que la barbarie reste.



Bookmark and Share

3 févr. 2012

Brève de Sarkoland



Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal
Carottes de toutes les régions
Unissons nous et boutons le Malin hors de France


Bookmark and Share

1 févr. 2012

Les OFF de Sarkozy

Ouf on est le 1er février, il a enfin terminé sa tournée des voeux.
En attendant début Juin qu'il entame sa tournée des adieux, amusons nous avec les petites phrases entendues en "Off" de ses discours ou de ses shows
suivant l'angle d'où on les regarde.

Celle du jour : «De toute façon, l'attente créé le désir, et ce désir quand on entend ce qu'on entend, on peut en avoir besoin».

Sarkozy, le non candidat désirable.
Décidément, il nous aura tout dit, à défaut de nous avoir tout fait.



Illustration Laurie Lipton

Bookmark and Share