Antoni Tàpies n'est plus et la Syrie souffre

Un peintre majeur de la 2ème partie du XXe siècle vient de nous quitter.
En cherchant des éléments à sont sujet, j'ai trouvé sur l'indispensable Wikipedia, la phrase suivante :
[Au travers de son œuvre, Tàpies montre un intérêt particulier pour les lacérations, les entailles et les griffures au sein de ses compositions. Il qualifie ses œuvres de « champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini. »]
Pour ceux qui passent ici et ne connaissent pas son oeuvre, voici quelques exemples de ce qu'il faisait que j'ai choisi volontairement dans le rouge et noir :








En cherchant ces oeuvres, je suis tombée sur cette photo sur le site du Courrier de l'Ouest.



Près de 100 civils ont été tués lundi 6 février, en majorité dans des bombardements sur la ville de Homs, haut lieu de la contestation dans le centre de la Syrie et sa province, a rapporté l'Observatoire des droits de l'Homme (OSDH).

Tapies et la Syrie : Ou comment l'art rejoint souvent la réalité. Souvenons nous de Picasso et Guernica. Et constatons que le temps passe et que la barbarie reste.



Bookmark and Share

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

L'important est-ce la rose (suite...)