7 févr. 2012

Antoni Tàpies n'est plus et la Syrie souffre

Un peintre majeur de la 2ème partie du XXe siècle vient de nous quitter.
En cherchant des éléments à sont sujet, j'ai trouvé sur l'indispensable Wikipedia, la phrase suivante :
[Au travers de son œuvre, Tàpies montre un intérêt particulier pour les lacérations, les entailles et les griffures au sein de ses compositions. Il qualifie ses œuvres de « champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini. »]
Pour ceux qui passent ici et ne connaissent pas son oeuvre, voici quelques exemples de ce qu'il faisait que j'ai choisi volontairement dans le rouge et noir :








En cherchant ces oeuvres, je suis tombée sur cette photo sur le site du Courrier de l'Ouest.



Près de 100 civils ont été tués lundi 6 février, en majorité dans des bombardements sur la ville de Homs, haut lieu de la contestation dans le centre de la Syrie et sa province, a rapporté l'Observatoire des droits de l'Homme (OSDH).

Tapies et la Syrie : Ou comment l'art rejoint souvent la réalité. Souvenons nous de Picasso et Guernica. Et constatons que le temps passe et que la barbarie reste.



Bookmark and Share

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire