14 septembre 2011

Pascal Foucher, ce n'est qu'un début continuons le combat !


"Si le rire est le propre de l’homme, Pascal Foucher en est un à 200% ! Le personnage peut être caractérisé de gourmand, voire boulimique, et cela dans des domaines aussi variés que le travail, la gastronomie, l’œnologie, mais avant toute chose la vie."

J'ai piqué cette présentation de l'individu en question sur le site Suite101 qui a relayé son histoire.

Trouvé de ses nouvelles également chez :

La maison du cancer où il est fortement recommandé d'aller commenter.

et, the last but not the least, chez Dom l'ex-ménagère de moins de 50 ans qui va bien finir par les avoir, depuis le temps...

En dégustation, le compte-rendu de Cathiminie lorsqu'elle avait rendu visite à Pascal à Reims dans l'épicerie Fossatti et intitulé l'Ile de la Tentation.
Histoire de prouver à ceux qui ne le connaissent pas à quel point nous avons affaire à un homme qui aime la vie et les bonnes choses.

Bookmark and Share

13 septembre 2011

Mes 3 P de la semaine

Aujourd'hui, je plagie sans vergogne les 3 C de Zette une des blogueuses les plus épatantes du Net français.
Mon premier P : c'est bien sûr Pascal Foucher qui n'est pas en pleine forme ce matin. J'ai transmis son dossier à quelques politiques spécialisés dans la médecine en espérant qu'ils voudront bien se pencher dessus. Je continue de pense que, au même titre qu'un cancéreux à le droit de choisir sa mort quand il n'y a plus rien d'autre à faire que souffrir, on doit lui reconnaître le droit de prendre un médicament qui peut permettre sa survie ou du moins un meilleur confort. Surtout quand ses médecins le disent et qu'on se heurte seulement à une décision administrative. Quand on sait le temps qu'il faut à l'Administration pour réagir, les malades ont le temps de passer plusieurs fois l'arme à gauche. Je suis en colère pour lui.

Mon second P : ce sont les Primaires que j'ai du mal à suivre à cause du 3ème P. J'invite tous ceux qui ont envie d'aider la gauche à avancer en allant voter. Une grande première en France, un parti où la démocratie est présente (pas comme chez ceux d'en face), de bonnes raisons d'y participer.

Mon troisième P : comme Partance. J'ai eu du mal à trouver un synonyme à déménagement commençant par P mais celui la me plait. Je suis en partance pour une nouvelle vie et c'est drôlement bien. L'avantage c'est que celle-ci est à deux rue de l'actuelle, me permettant de rester dans mon cher 8ème, près de mes amis et de la Mairie. Quand on a trouvé un point d'ancrage, on y reste.

En écrivant ces mots, je pense à la chanson d'Etienne Daho, les Voyages Immobiles, que je vous offre ici avec une belle mise en scène de Michel Gondry.

Et puis, pour complèter le paquet cadeau,  un poème d'Henri Michaux (mon poète favori) sur le thème du voyage intérieur :
Emportez-moi dans une caravelle,
Dans une vieille et douce caravelle,
Dans l'étrave, ou si l'on veut, dans l'écume,
Et perdez-moi, au loin, au loin.
Dans l'attelage d'un autre âge.
Dans le velours trompeur de la neige.
Dans l'haleine de quelques chiens réunis.
Dans la troupe exténuée des feuilles mortes.
Emportez-moi sans me briser, dans les baisers,
Dans les poitrines qui se soulèvent et respirent,
Sur les tapis des paumes et leur sourire,
Dans les corridors des os longs et des articulations.
Emportez-moi, ou plutôt enfouissez-moi.

Extrait de "L'espace du dedans"

Illustration : René Maltête dont je ne me lasse décidément pas.


Bookmark and Share

08 septembre 2011

Il faut aider le soldat Pascal Foucher

Bonjour,
Hier, ayant fait mon billet, je me suis dit avec soulagement que j'en avais pour un moment avant d'écrire sur ce blog.
Hélàs, il y a des circonstances où on ne peut se taire parce qu'il s'agit de la vie d'un humain, hier étranger, aujourd'hui ami.
Pascal m'a envoyé un sms très tôt ce matin (il est un des seuls autorisé à le faire sinon je grogne) pour me demander des tuyaux sur la presse lyonnaise.
J'ai réfléchis (si si dès fois le matin je peux) et décidé qu'avant de refiler le bébé à un quelconque journaliste qui n'en aura sans doute rien à faire, il fallait faire le buzz autour de son histoire. On sait bien que les gens bougent quand d'autres l'ont déjà fait, personne ne prend vraiment de risque, surtout pour des histoires comme ça.
Or donc, notre Pascalou atteint d'un cancer répondant au doux nom de myélome et se battant contre lui comme un lion depuis 5 ans, est arrivé au bout du rouleau.
La saloperie de crabe qui le ronge a resisté malgré la greffe réalisée avec la moëlle osseuse de sa soeur.
Non seulement, ça le bouffe mais ça le fait souffrir. Hé oui, c'est comme ça le cancer, ça ne te tue pas en douceur.
Il reste pourtant une possibilité pour l'aider (parce que le sauver c'est très conditionnel) : le pomalidomide qui a été essayé sur un échantillonnage de 200 personnes entre les us et la france. Mélangé à d'autres medoc, il est visiblement efficace sur un certain nombre de cas lui ressemblant. Pas assez de recul cependant pour dire que c 'est le médoc miracle, mais sur le papier dans son cas il pourrait faire baisser la maladie, lui enlevant pas mal de douleurs et lui faisant gagner du temps pour que la science progresse.
Ce matin il m'a écrit : "Je ne  te cache pas que la situation est grave et ....assez désespérée. Je n'ai plus aucune solution ce jour sauf de prier, mais comme disait Desproges,.... comme je suis athée Dieu merci...."
Donc ce médicament que ses hématos lui prescriraient de suite (si c'était possible) lui est refusé car le protocole a inclus comme règle, que les allogreffés n'y avaient pas le droit.
On pourrait le lui accorder mais.... toujours conditionnel. Ca dépend de qui ? de Quoi ? L'affaire Servier se profile derrière tout ça et la trouille de faire un précédent sans doute.
Aprés une étude en cours (fin en décembre) sur 200 nouveaux cas aux USA et après presentation et validation de celle ci au Ministère de la Santé en décembre, il pourrait avoir droit à une ATU, soit une autorisation temporaire aprés étude de son dossier.
Sauf que décembre dans son cas ça risque bien d'être trop tard....
Ce matin, Pascal a fait un billet sur son Blog à l'attention de l'Elysée et relayé un article du Journal l'Union de Reims qui explique assez bien l'aspect ubuesque de la situation.
Il m'écrit encore celà :
"Aujourd'hui j'ai l'impression qu'il m'est plus facile de trouver quelqu'un pour me faire "partir" , que d'avoir un médoc existant qui peut me sauver ou preserver ma vie...
Maintenant quand j'interviens en presse ou radio j'essaye d'élever le débat en l'amenant (pour donner matière à la presse) en évoquant une reflexion européenne sur le pourquoi n'aurait on pas le droit a choisir sa méthode a se soigner dans une situation comme la mienne , ou tout a été essayé, dans une impasse aujourd'hui, alors qu'un médicament validé est là disponible".
.
Son message a déjà été relayé par Guy Birenbaum dans ses oeufs pondus du jour.
Egalement par Fanette sur le Post et par Bembelly qui parle de Solidarité.
Un très beau mot que j'espère vous mettrez en pratique pour l'aider dans sa lutte pour survivre en relayant nos articles au maximum.
Je vous en remercie.
Belle journée
Sylvie

Photo intitulée au Secours par René Maltête.
Vidéo (courte) : Alain Chabat reprenant Pierre Desproges.

07 septembre 2011

La fidélité camarade

Bonjour,
Vous avez passé de bonnes vacances j'espère.
Je suis revenue des contrées lointaines et fabuleuses de l'Argentine, avec un blog en vrac et 5 heures de décalage horaire que je récupère petit à petit.
J'ai également payé à Google les 12 $ pour le nom de domaine et tout est rentré dans l'ordre.
Travail repris depuis lundi sans trop de souci mais la tête encore du côté de la Quebrada de Humahuaca.
Côté Mairie, reprise aussi en douceur, mon agenda se remplit lentement mais sûrement.
Côté privé, déménagement en préparation. Les enfants sont partis voler de leur propres ailes, il était temps de retrouver un nid pour moi et le Grand Zident (private joke). Le bonheur de rester dans notre cher quartier de Monplaisir.
Bref tout va pour le mieux dans mon petit monde (pourvou que ça doure).
Bembelly me réclamait hier un billet sur Twitter.
J'avoue que j'ai la flemme. Non pas que je sois absente du web, mais plus présente sur les réseaux sociaux qu'ici.
A l'écoute bien sûr mais pas forcément l'envie de parler de tout ce qui nous entoure, préférant laisser une trace visuelle. Parfois les mots sont inutiles. Et Instagram tellement sympa.
Je voulais quand même parler de ce qui occupe bon nombre de gens de gauche (et de droite aussi) pour cette rentrée. Les primaires citoyennes.
Et par conséquent, le choix du candidat.
Autant vous dire tout de suite, pour moi le candidat le plus capable de porter la gauche au pouvoir est François Hollande. Je l'avais déjà écrit il y a quelques temps sur ce blog mais c'était avant la catastrophe new-yorkaise (je ne parlerai plus de DSK ici ou ailleurs, qu'on se le tienne pour dit).
Mais mais ... je me souviens qu'en 2006/2007 je me suis battue bec et ongles pour défendre la candidature de Segolène Royal. J'y ai cru très fort comme beaucoup. Je ne crois plus en sa possibilité de devenir Présidente mais je sais que beaucoup de ses idées ont inspiré pas mal de monde. Je n'aime pas la communication qui est faite autour d'elle, les surexités de Désir d'Avenir me gonflent car il donnent d'elle une image complètement fausse, mais comme Jean-Jacques Queyranne, Najat Vallaud Belkacem ou Jean-Louis Bianco (sans oublier tous les autres inconnus) j'ai envie de continer avec elle, au moins au premier tour.
C'est sans doute bêtement sentimental mais c'est ainsi. "La fidélité Camarade". Je ne me justifierai pas non plus à ce sujet.
Donc dans l'ordre : 1 Royal - 2 Hollande.
Quant à Martine Aubry, je la respecte beaucoup mais je n'ai jamais bien apprécié ses méthodes (enfin surtout celles de certains de ses conseillers mais chuuut pas de noms).
De toute manière, en bonne militante socialiste, je me plierai au verdict des urnes et défendrai (toujours bec et ongles) le candidat choisi, quel qu'il soit, en 2012, l'important étant de virer Sarkozy et sa clique. Une clique qui souhaite remettre les leçons de morale à l'ordre du jour de l'Ecole  alors qu'elle n'est même pas fichue de bien se tenir...
Mais ça c'est une autre histoire, dont je parlerai à l'occasion, quand je pourrais ou voudrais le faire, grande faignasse que je suis.
Bonne rentrée à vous tous.
Sylvie

Photo : Purmamarca - La montagne au 7 couleurs.
Illustration sonore : Chic et pas cher - Arno


Bookmark and Share