La méthode Bonobo ou la vie reprend son cours après la campagne

Dimanche, dans la voiture, pendant que nous faisions la tournée des bureaux de vote, Christian Coulon et moi, nous avons entendu une émission sur cette espèce de singes. Les plus proches de nous semble-t-il. En voie d'extinction hélas. Les femelles ont pour habitude de calmer l'agressivité des mâles par le sexe. La méthode "faites l'amour pas la guerre" quoi. On en a plaisanté. Appliquer la méthode aux humains. Il pleuvait et on traquait les signes d'une meilleure participation.
Alors rire un peu, ça nous a destressés.


"Les jeunes dites, ils sont venus voter oui ou non ?"
On en a vu quelques uns. Combien de fois faut-il expliquer que nos anciens se sont battus pour obtenir ce droit de vote ? Une mamie de mon quartier m'a dit "on l'a donné aux femmes il n'y a pas si longtemps alors je vote toujours". Les "vieux" votent. Ils savent que la démocratie ça passe par les urnes.
Les autres ? Sans doute qu'ils s'en foutent. Leur vie est tellement terne que plus rien ne les fait bouger.
Leur horizon se borne à payer les factures.
Quant à ceux qui, enfin "décomplexés" ont voté Le Pen, on sait que la majorité l'a fait en réaction et en protestation.
Ce qui m'ennuie c'est que, quitte à réagir, pourquoi ne pas voter pour l'extrême gauche.
Ca aurait quand même plus de gueule de réclamer la révolution que de vouloir rétablir l'Ordre avec majuscule.
Ca transpire la peur ce vote, le repli sur soi-même, l'envie de protéger un espace qui se réduit de plus en plus.

On s'est tous retrouvés le soir à la Mairie, les yeux rivés sur les écrans et les smartphones.
Nos nerfs ont fait du yoyo, surtout du côté du 12ème canton, la candidate "fantôme", celle dont je ne connaitrais jamais le visage puisque c'est celui de la fille Le Pen qui apparaissait sur tous les documents et affiches, faisant un score dans certains quartiers qui nous a donné froid dans le dos.

En ce qui concerne Christian Coulon, le score a été sans appel : 72.15 % pour nous contre 28.85 % au FN.
Taux d'abstention ? 65 %.
On a gagné la bataille mais avons nous gagné la guerre ?
Pas de réponse aujourd'hui. Qui peut le faire d'ailleurs ?

La vie a repris son cours. Les affaires courantes qui sont le centre de notre vie habituelle nous occupant l'esprit à nouveau.
Je vais enfin faire la grasse matinée samedi.
C'est marrant mais les marchés entre militants vont me manquer un peu quand même.
Je vous souhaite à tous une belle semaine pleine de projets et d'air printanier.
J'espère aussi que les bonobos vont bien...

Musique : Agnès Obel
Photo : ND


Commentaires

  1. J'ai écouté une émission il y a peu qui disait qu'une société fonctionnait sous 3 modes (distinctement) :

    l'espérance
    la peur
    l'humiliation

    Il nous manque l'espérance, et nous glissons vers la peur.

    RépondreSupprimer
  2. Le virtuel, l'approximatif et le faire semblant ont gagné du terrain, ce dont les nouveaux citoyens se rendent plus compte que le reste de la population.
    ça vaut également pour l'intérieur des partis de gauche.

    RépondreSupprimer
  3. je reviens sur tes bonobos.
    Je crois savoir qu'ils n'ont pas conscience de faire l'amour quand ils s'y livrent.
    Si c'est exact,on n'est plus dans la petite mort, mais dans la gymnastique !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

L'important est-ce la rose (suite...)