30 juin 2010

Deux pointures dans ma lorgnette

Grosse semaine musicale cette semaine.
La première pointure s'appelle Joe Cocker.
Pour ceux qui n'ont pas d'autre référence que la Nouvelle Star et ses chanteurs couineurs, ça ne voudra pas dire grand chose.
Pour les générations précédentes, celles nourries au lait du rock des années soixante dix, Joe c'est un monument.
Il a participé à Woodstock, c'est tout dire.
With a little help of my friends.
C'est à Vienne demain soir.
Je ne vois pas trop le rapport avec le jazz mais je ne vais surtout pas bouder mon plaisir.
Même si Cocker c'est une faignasse. Autant que Dutronc.
La drogue ça doit laisser des traces aussi.
Un qui a survécu quand même.
Sheffield et les Beatles.
Des chansons pour le cinéma.
Et ne jamais oublier le ciel gris d'Angleterre...


"Longtemps pendant mon jeune âge, je pensais que l'usine faisait les nuages."
C'est un extrait d'une chanson d'un autre poids lourd de la semaine.
Oxmo Puccino.
Pour moi au début c'était juste un chanteur de rap.
Un genre de musique qui ne m'attire pas d'emblée.
Et puis j'ai entendu Soleil du Nord.
Oxmo est né au Mali. Ses parents à Paris. Il n'a que 5 ans.
Il a du oublier le soleil d'Afrique depuis longtemps.
Il nous parle de la vie, de Billie Holliday, de la Colombie et de la paix.
Derrière lui les Grands. Brel. Aznavour.
La vie serait moins pénible au soleil.
C'est à Lyon 8ème vendredi soir.
C'est Muzz en fêtes qui organise le concert.
C'est gratuit. Oui vous avez bien lu : GRATUIT !
Ca se passe sous la Halle de la place du 8 mai 1945 (boulevard des Etats Unis).
Le concert commence à 19 h 30 avec Expérimental et Buridane.
Oxmo vers 21 h 30.
Vous n'avez aucune raison de le rater.
Aucune.
Moi j'y serai bien sûr puisque je fais partie de l'équipe qui organise le concert.

Sans la musique, la vie serait une erreur.
Nietzche (3ème pointure qui avait tout compris).

29 juin 2010

Tout le monde au régime !

C'est normal c'est l'été et il va falloir rentrer dans les maillots de bain.
J'aurais pu appeler cette note Bettencourt-toujours mais elle a du déjà être faite mille fois celle là.
Chez qui Blanc va-t-il acheter ses cigares ?
Ou Fadela fera-t-elle habiter sa famille de passage à Paris ?
La garden party on la fait où finalement (désolée mais j'ai pas le temps de tout suivre) ?
Etc Etc
Je m'en pose des questions existentielles en ce moment, c'est dingue non ?
En fait le problème n'est pas là où on croit.
Pas dans le salaire de Sarkozy.
Pas dans le sac d'Eric Woerth.
Pas dans la main de ma soeur non plus.
Ca vous en bouche un coin n'est ce pas ?

25 juin 2010

"Soyez fidèles à France Inter"

Ce sont les derniers mots prononcés par Vincent Josse ce matin à la fin de son émission.
Vincent remercié au même titre que Jean-Marc Four et son excellent "Et pourtant elle tourne".
La classe je trouve.
Pas d'amertume. Rien.
Sauf que.
  • La mise à la porte de Guillon/Porte avec là aucune classe.
  • Le mépris général vis à vis du personnel et des auditeurs de l'équipe dirigeante.
  • L'arrogance de Jean-Luc Hess que l'on croyait plus humain.
  • Le revirement à droite de Philippe Val
  • Le risque de démission de Stéphane Bern
me donnent la nausée ce matin et que j'ai des doutes sur ma fidélité.
Et sur l'indépendance de la radio vis à vis du pouvoir.
Même que sur le dernier point, c'est carrément une certitude.
Et moi France Sarko, c'est pas du tout mon style, tout le monde le sait.
En attendant je me branche sur Chérie FM, l'été arrive, sea sex and sun, toussa etc...
o
oOo
o
AFP PARIS — Les personnels de France Inter ont adressé jeudi une lettre ouverte à leurs auditeurs, se disant "sous le choc" de l'annonce des licenciements des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte qui, pour eux, pose "la question de la garantie de leur indépendance".
"Nous sommes sous le choc de ces annonces aussi brutales qu'incompréhensibles (...) Ce qui se joue à France Inter, au-delà même des personnes concernées, nous semble lourd de symbole quant à l'identité de votre, de notre radio", selon cette lettre signée par les sociétés des journalistes, des producteurs et des personnels administratifs de la station.
"Nous, personnels de France Inter, partageons un attachement indéfectible à la liberté de ton, à l'impertinence, à l'exigence, à la différence et c'est ce que nous défendons tous les jours à l'antenne (...) Ces valeurs dont nous sommes fiers et qui représentent l'ADN de France Inter, se trouvent remises en cause et gravement menacées", poursuit le texte.
Pour le personnel de la radio, "avec le renvoi de ces deux humoristes se pose la question de la garantie de notre indépendance".
o
oOo
o
Musique : Divine Comedy pour Vincent Josse
Illustration : McDermott & McGough

21 juin 2010

Ou on nous explique que les gros mots c'est pas bien

Il y a des jours comme ça où l'actualité a de quoi te faire pondre 3 notes d'affilée.
Donc il y a un gars (un footballeur) qui s'est fait virer parce qu'il avait traité un autre gars d'enculé.
Dites moi, le gars qui en a traité un autre de "pauvre con" il y a quelques temps, il est toujours à sa place ou bien on l'a déjà viré depuis longtemps ?

(Promis juré je ne ferai pas de note sur l'affaire Bettencourt même si la proximité entre l'Etat et les grandes fortunes me laisse songeuse).

Ou on nous explique que (parfois) les chefs de service sont incompétents

La Société Générale a nommé en 2007 un chef de service n'ayant aucune connaissance du métier de trader.
Pas de bol pour tout le monde ce type s'est retrouvé chef de Jerôme Kerviel.
Vraiment pas de bol en effet.
C'est pas dans d'autres sociétés qu'on oserait nommer un incompétent Chef de Service...
On me souffle à l'oreillette que si.

Je me disais aussi.
Il va peut être falloir faire des audits partout, dès fois qu'on se retrouve avec une autre catastrophe sur les bras dans un mois ou dans 6.
On me re-souffle à l'oreille que ça serait pareil chez les fonctionnaires.
Là j'ai carrément peur.
Pas vous ?

Ou on m'explique ce matin que si les bleus perdent

C'est à cause du fait que la couleur de peau "moyenne" de l'équipe est un peu trop foncée.
Et on continue en m'expliquant que les brésiliens ont joué comme des Dieux et qu'il vont gagner la coupe du Monde.
Ca n'a pas l'air de déranger mon interlocuteur la couleur "moyenne" de la peau des brésiliens.
Je me demande quand même.
Si on choisit des footballeurs français-mais-de-couleur pour jouer c'est que, comme les brésiliens, ils sont censés être meilleurs ?
Admettons.
Mais il y a aussi des footballeurs français-mais-pas-de-couleur dans l'équipe.
Tout aussi nuls que les autres.
Ca tient pas la route cette histoire de couleur de peau.
C'est même complètement débile.
Comme tout ce qui peut tenir à la race.
Un footballeur reste un footballeur.
Des mollets et du cerveau quand il a le temps.
Mais cette définition peut s'appliquer à n'importe qui.
Arriver vite et gagner beaucoup d'argent à n'importe quel prix.
Un humain reste un humain.
Surtout quand il s'agit de sortir de la boue où on est né.
Afrique. Brésil. Pays de l'Est.
Tu tapes bien dans la balle et tu peux espérer arriver là où ne sont jamais arrivés les tiens.
Ce qui est dommage finalement c'est qu'on ne leur donne aucune éduction en parallèle à tous ces gens.
On ne leur apprend pas ce que c'est que l'éthique.
Le respect du jeu. Le respect de ceux qui les admirent.
Les enfants qui les regardent émerveillés et collectionnent les image Panini.
Chacun ses idoles.
Celles-ci sont tombées de leur piedestal et ça fait mal on dirait.
Heureusement que j'ai intitulé ce blog "la vie en rouge" en tout cas, j'aurais choisi le bleu, je me sentirais drôlement flouée.
Quand au blanc, il y a des jours il me gonfle grave avec son esprit étroit...



17 juin 2010

Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?

oOo
Sujet du bac philo de ce matin.
On n'oublie rien. Pour oublier il faut être frappé d'amnésie ou d'alzeimer.
Le passé, même si on l'occulte consciement, il reste marqué dans notre inconscient.
On avance, on avance, c'est une évidence.
L'avenir on se le donne avec avec nos casserolles et nos bons souvenirs.
Et puis c'est quoi l'avenir ?
Avoir un plan de carrière tout fait ?
Qui sait ce qui se passe après dites moi ?
Alors vivre le présent en tournant résoument le dos au passé et en imaginant le futur tel qu'on aimerait le vivre.
En se disant qu'on avance, on avance et que de toute façon il n'est pas question de revenir en arrière, en arrière.
Zéro au Bac me dit le prof ?
Je m'en fous, j'ai jamais aimé les études.
oOo
Photo : Jochem Van Wetten



Bookmark and Share

15 juin 2010

Rien à dire à propos de la Coupe du Monde de Football

Je pourrais dire que le foot c'est l'opium du peuple.
Tout le monde le sait.
Je pourrais dire que l'équipe de France ne s'emmerde pas dans des hôtels de luxe.
Rama Yade l'a déjà dit.
Je pourrais dire que les supporters sont des abrutis.
Je n'ai pas envie de prendre un coup de douze, tous ne le sont pas heureusement.
Je pourrais dire que je n'aime pas le foot.
C'est officiel mais j'ai des excuses, je suis fille d'arbitre. J'ai trop vu de matchs dans ma jeunesse.
Je pourrais dire que le sport et le fric c'est pas compatible.
Tout le monde le sait aussi mais tout le monde s'en cogne.
J'allais dire que finalement cette coupe, même si je ne suis aucun match, je la trouve amusante à cause du bordel ambiant causé par les Vuvuzelas qui vont rendre complètement sourds tous ceux qui mettront les pieds dans un stade là-bas, quand je me suis aperçue que ma copine la Grande Manu était arrivée exactement à la même conclusion que moi.
Idem sur le Q.I. "du journaliste sportif" Pierre Menes à qui je peux donner des cours particuliers pour faire les courses si ça l'intéresse...
Je dirais que tout ça me laisse vaguement indifférente et que ce qui me préoccupe plutôt c'est de savoir quand je vais pouvoir prendre ma retraite. Un sujet autrement plus important que de taper dans un ballon.

Photo : Raymond Kopa, l'idole de ma maman, à l'époque où le foot était encore un sport et pas une multinationale du fric.
Musique : La vuvuzela. De la bonne grosse daube techno bien lourdingue pour aller avec l'ambiance !



Bookmark and Share

11 juin 2010

Les derniers jours de l'autopont Mermoz

Si j'ai bien suivi le planning, je suis passée en voiture dessus ce matin pour la dernière fois.
Un projet de requalitication, comme on dit est en cours.
Il y a des lieux, quand ils disparaissent, on est un peu triste. C'est souvent un bout de nous qui s'en va.
Là c'est le contraire, tout le monde se réjouit.
Pour les non lyonnais, l'autopont Mermoz c'est l'équivalent du Tunnel de Fourvière mais en moins pire.
Le reste d'une époque où on faisait n'importe quoi en matière d'urbanisme.
A Lyon, le hobby du maire de l'époque était de faire passer l'autoroute dans la ville et de bétonner partout histoire de la rendre plus accueillante.
Tu m'étonnes que les gens qui passent en voiture chez nous sans s'arrêter trouvent la ville moche alors que Lyon est la plus belle ville du monde (après Venise bien sûr).
La destruction de l'autopont c'est pas celle du mur de Berlin mais ça y ressemble un peu.
Un quartier coupé en deux depuis presque 40 ans : Mermoz Nord et Mermoz Sud. Quasiment 100 % de logements sociaux pas très sympas pour la plupart.
Et pourtant des habitants attachés à leur quartier et très actifs.
En plus de l'autopont c'est tout un quartier qui va être réunifié, désenclavé et réhabilité.
Des espaces verts, une meilleure qualité de vie, de nouveaux immeubles en accession à la propriété qui faciliteront la mixité sociale.
Une ville meilleure pour une vie meilleure.
Tiens si l'autopont était en brique, j'irais vite en piquer une pour la garder en souvenir.
En attendant, je me prépare à vivre des trajets difficiles pour aller au travail vu que c'est pratiquement le passage obligé pour atteindre ma zone industrielle.
Cheese Sylvie Cheese, c'est pour la bonne cause.

Photo : Jodi Bieber - Artiste Sud Africaine que nous allons essayer de suivre autrement que par le football.
Musique : The Wall - Pink Floyd. Normal quoi.




Bookmark and Share

10 juin 2010

L'été approche

J'ai des envies de campagne, de pieds nus dans l'herbe et de petits déjeuners sur une terrasse.
Je ne dois pas être la seule. Tous les citadins commencent à sentir ce frémissement qui s'appelle les vacances.
Quand on peut s'en payer bien sûr.
Le problème principal de l'été en ville, ce sont les travaux.
Et en ce moment sur le 8ème, on est gâtés.
Heureusement que travaux signifie amélioration du cadre de vie pour la majorité sinon il y aurait de quoi prendre la fuite.
Un arrondissement qui s'agrandit. Une population qui augmente. Le signe que nous ne sommes plus le bout du monde, la banlieue comme certains ont l'air de le penser.
Alors évidemment ça va de pair avec quelques inconvénients.
On prend patience en écoutant les concerts de marteaux-piqueurs.
Ce qui rassure dans tout ça c'est que les oiseaux continuent de chanter dans les jardins.
Tant qu'eux n'ont pas déserté, c'est bon signe.
Et puis le 21 c'est la fête de la Musique.

Grateful Dead - Birdsong
Bernard Descamps - Photo

09 juin 2010

Moi aussi je veux un vrai travail à 9500 €/mensuel


.
Je sais, il y en a qui vont dire que je suis une grosse jalouse.
J'avoue oui.
Trop jalouse je suis.
Comme la majorité des français qui bossent comme des malades pour juste à peine plus que le SMIC.
Mais nous ça ne doit pas être des vrais "travail" qu'on fait...

07 juin 2010

L'internet me file des boutons mais je me soigne par le blues

Monsieur Veronis m'annonce que je ne suis pas assez backtwittée.
Et vous savez pourquoi je ne suis pas assez backtwittée ?
1° parce que je suis blonde sans doute et que mon blog n'a aucun intérêt
2° parce que suis fainéante et que je fais peu de billets
3° parce que je m'en fous un peu aussi j'avoue
Donc j'ai filé les clefs du blog à Nicolas pour qu'il s'occupe des boutons ceux que j'ai installés hier n'étant apparemment pas conformes.
Cliquez dessus tant que vous voulez, même quand je ne blogue pas, ça ne mange pas de pain et ça fait avancer le schmilblick.
---
Pour les lyonnais qui ne savent pas quoi faire ce soir, je vous informe qu'il y a ce soir une réunion sur le thème "La défense des libertés" animée par notre député Jean-Louis Touraine.
Ca se passe à la Mairie du 8ème au 12 avenue Jean Mermoz et c'est à 19 heures.
J'y serai en retard vu qu'avant j'ai une réunion du Conseil de Quartier des Etats-Unis.
C'est un sujet très important dont il faut débattre constamment car à mon avis plus on avance plus on recule dans ce pays suite aux choix politiques de ceux qui nous gouvernent.

06 juin 2010

Wikio il est méchant


Je n'aime pas me faire baiser par une ministre de droite sous prétexte que mon compte Twitter est privé.
Pas du tout du tout.
Pour le reste chacun fait fait fait c'qui lui plait plait plait.
Voilà c'est dit. C'est dimanche, il est tôt, il fait beau. Je file sortir mon chien.
Bon tennis/barbecue la France.

04 juin 2010

Dans l'océan des possibles

.
Je délaisse un peu ce blog en ce moment.
Non pas que l'actualité me laisse indifférente mais j'avoue que je n'ai pas grand chose à en dire de plus que tout ce qu'on peut lire ailleurs.
J'hésite à le transformer en blog gastronomique.

01 juin 2010

De battre leurs coeurs se sont arrêtés


.
Louise 98 ans.
Jean-Jacques 48 ans.
Rien à voir entre la plasticienne mondialement connue et le frère d'une de mes amies très proche.
Juste un fossé de 50 années.
50 années de création pour l'une.
50 années que l'autre ne connaîtra jamais.
Une vie bien remplie.
Une vie stoppée là.
Je voulais ici saluer la mémoire tant de l'une que de l'autre.
De Louise il restera beaucoup.
De Jean-Jacques, juste une trace ici.
Chacun mène sa route comme il peut.
Certaines sont plus courtes que d'autres.
Aucune vie n'est cependant inutile.
Seule la mort est souvent bête et injuste.
Elle qui laisse au bord du chemin des familles tristes et désemparées.
C'est la vie.
Oui je sais, c'est la vie...

La photo de Louise est d'Irving Penn.
La musique de Jean-Sébastien Bach.