Chronique de Chine n° 2

C'est fou comme les souvenirs s'envolent rapidement.
J'ai eu beau raconter ce voyage plusieurs fois à mes relations, plus le temps passe et plus il ne me reste qu'une impression, un relent, une trace dans ma mémoire. Le quotidien remplit vite l'espace finalement.
Cette période entre deux. Les autres sont encore sur les plages, te laissant la route libre pour rejoindre le travail pour encore quelques jours.
A quoi se résume le contact avec les habitants d'un pays quand on voyage ?
Personnel hoteliers, restaurateurs, taxis, guides.
En Chine, difficile de se rappeler d'un visage (je ne referai pas le coup du "ils se ressemblent tous") mais c'est vrai que ce n'est pas simple. Les cheveux par exemple. Tous noirs. Parfois les jeunes se teintent en marron ou roux mais le cheveux chinois n'a pas l'air de bien supporter la coloration. Comme le cheveux africain. Les yeux. Noirs aussi. Pour celles qui aiment se perdre dans un regard bleu des du sud, c'est loupé (elles se reconnaîtront bien).
Bon les taxis.
En Chine un trajet en taxi compte environ 4 fois moins qu'en France. Pour revenir de Roissy à Paris, nous avons payé 40 euros. Là bas, ça en aurait coûté 10. On aurait même pu faire le même trajet dans un train à très grande vitesse, genre Maglev à Shanghai pour la moitié. Il faut prendre un taxi avec un compteur. Les autres te font un prix à la tête du client et il faut négocier sans cesse. Pour ce prix là, tu n'es pas sûr que le chauffeur comprenne l'adresse où tu veux aller. Il vaut mieux l'avoir en chinois sur un papier. Et même là il y a un risque qu'il n'arrive pas à bien lire. Les frais d'optique là bas sont encore plus chers qu'ici. Il ne m'a pas semblé voir beaucoup de chinois à lunettes, encore moins de chinoises d'ailleurs. Allez au centre ville de Pekin, du côté de la Cité Interdite, c'est toute une affaire. Ca palabre dur pour savoir quelle direction prendre. Enfin quand je dis palabre...  On met le doigt sur le plan, c'est tout ce qu'on peut faire, laissant au chauffeur libre interpretation de notre destination.
En général ça marche plutôt bien. Sauf une fois à Shanghai où Juillev et moi nous sommes faites "promener" d'un bout à l'autre de la ville. On a fini par descendre du taxi qui nous a abreuvées copieusement d'injures en chinois. On a jamais su s'il l'avait fait exprès ou pas.
J'ai eu la même version à Suzhou en pousse-pousse mais là le pauvre type transpirait tellement que j'ai eu pitié et fini à pieds.
Il faut aussi faire attention et ne toujours pas confondre les taxis officiels et les autres qui trustent les sorties du Palais d'Eté à Pékin. Les consignes pour les officiels sont de refuser la course pour qu'on prenne les autres. On a laissé tomber et rallié le métro en pousse-pousse électrique. Ne jamais se laisser destabiliser quoiqu'il arrive.
Une autre fois, si j'ai le courage, je vous raconterai comment j'ai réussi à dormir dans un vrai lit ancien chinois et comment j'ai rencontré un lapin blanc dans le Musée du Sexe à Tongli.




Commentaires

  1. baillergeau21:37

    Simon Leys n'a jamais parlé des cheveux des chinois - tu combles cette lacune.

    Pour les taxis chinois, tu ne devrais pas rigoler.
    Quand j'en prends un de Montparno au IX°,certains jours c'est pareil, des chauffeurs qui ne connaissent pas les gares, qui n'ont pas de plan et qui sont torchés avant l'heure de l'apéro. Il y en a aussi qui ont "D'un Chateau l'Autre" dans leur taco.

    J'attends le Lapin Bleu du Musée du Sexe, c'est aussi bon que l'escalier de Clémenceau (l'escalier qu'on monte, le meilleur moment de l'amour...)
    C'est pas Blondin, mais ton papier est très bien - suite...

    RépondreSupprimer
  2. Ca peut pas être Blondin Baillergeau, j'écris à jeun moi ;-)

    RépondreSupprimer
  3. baillergeau01:27

    Je suis absent jusqu’au 06 septembre tard dans la nuit
    http://legueduyabboq.blog.lemonde.fr
    Cure contre l'addiction au net

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

Dieu existe ? Admettons.