Hier j'ai regardé le foot

Une fois tous les 4 ans ce n'est pas pêché Seigneur !
Et puis l'Espagne, j'y ai passé tellement de vacances quand j'étais jeune que c'est un peu mon second pays.
J'avais même un petit fiancé si gentil et si mignon que j'ai perdu de vue depuis longtemps.
Bref comme beaucoup de français, j'avais une grosse préférence pour les bouillants ibères plutôt que pour les sévères bataves.
Ces derniers arborant une tenue orange/modem, la couleur de la folie comme disait la pub Nike censée les soutenir.
Les cartons jaune ont volé. Les coups de pied aussi.
Je ne sais pas si c'était un beau match mais ceux que je soutenais ont gagné.
Youpi. L'économie espagnole en mauvais état ces temps-ci va repartir de plus belle.
A ce qu'on m'a raconté.
Et puis en Espagne, l'extrême droite n'a pas beaucoup de supporters ce qui n'est pas le cas de la Hollande.
Donc D.T.C. la Mimolette comme a dit un de mes potes.
Et puis vive Paul le Poulpe qui a bien amusé tout le monde.
Et adieux les Vuvuzelas. Vous entendez ce silence ?
Voilà c'est ma minutes aficionada de base.
Demain je retourne à la culture.
Et je vous parlerai si je n'ai pas trop chaud du film Copacabana avec une Isabelle Huppert plus que bonne.
De la version de La Tosca passée sur Arte samedi soir qui m'a un peu fait dormir.
Si je n'ai pas trop chaud...

Photo Life Magazine - Audrey Hepburn
Music : Shakira (On verra plus tard pour Puccini)



Commentaires

  1. baillergeau23:50

    Shakira - traduction du début de "Whenever, Wherever", c'est pas triste...

    Lucky you were born that far away so
    Lucky vous êtes né si loin alors
    We could both make fun of distance
    On pourrait aussi bien se moquer de la distance
    Lucky that I love a foreign land for
    Lucky heureusement que j'ai l'amour d'une terre étrangère pour
    The lucky fact of your existence
    Le fait chance de votre vie

    Baby I would climb the Andes solely
    Bébé,je montais les Andes uniquement
    To count the freckles on your body
    Pour compter les taches de rousseur sur votre corps
    Never could imagine there were only
    Ne jamais pu imaginer il n'y avait que
    Ten Million ways to love somebody
    Dix millions de façons pour aimer quelqu'un

    Le ro lo le lo le, Le ro lo le lo le Le ro lo le lo le, Le ro lo le lo le
    Can't you see
    Vous ne voyez pas
    I'm at your feet
    Je suis à vos pieds

    Comme toujours, on ne comprend pas les paroles et on regarde son cul - beau mais un peu lourd je trouve -

    Guy DEBORD avait raison "Les spectateurs ne trouvent pas ce qu'ils désirent, ils désirent ce qu'ils trouvent."

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

Dieu existe ? Admettons.