A quoi pense Dominique Strauss-Khan quand il enfile son loden le matin en partant au travail ?


Pour continuer ma série "dans la tête des hommes politiques", voyons un peu ce qui se passe dans celle de notre ami Dominique.
Avant d'attaquer cette note, j'ai fait un mini-sondage sur Twitter à son propos et les réponses ont été du genre :
  • "c'est un coureur de jupons invétéré. Il a même plusieurs affaires de harcèlement qui ont été étouffées. Il est plus que direct" (Manu)
  • revoir l'intégrale de Guillon avant ? Interroger des journalistes (femmes) ayant eu du mal à ressortir de son bureau ?" (Hipparkhos)
  • "un dé à jouer et la moitié d'une grande épée prise dans un rocher…" (Excalibur d'après le Coucou qui est le champion des rébus auxquels je ne comprends rien du tout)
Moi qui pensais faire un billet sérieux sur le directeur du FMI, ancien ministre, ancien député, ancien conseiller régional, ancien maire etc etc... je me sens mal mais mal d'un seul coup. A croire que le cerveau de DSK est avant tout dans son caleçon.

Mais il ne pense quand même pas qu'à ça non ? Voyons, réfléchissons un peu...

Il parait qu'il pense aussi à 2012, 2007 lui étant resté au travers de la gorge (se faire battre par une femme non mais tu crois ?) et il parait qu'il n'est pas tout seul à y penser. Hé oui figurez vous que le cerveau de DSK est composé de multiples compartiments et courants qui ne pensent qu'à une seule chose  : 2012. Deux mille douze. Le chiffre magique, le chiffre sacré. Celui qui va lui porter enfin bonheur, c'est sûr et certain.

Conclusion : la seule chose que DSK a dans la tête le matin quand il enfile son loden (je le vois mal en blouson de cuir) ce sont des chiffres. C'est aussi bête que cela.

P.S. Pour illustrer mon propos, Alex Lemarié m'a gentiment proposé un de ses billets en lien avec un tout aussi gentil pearltrees à ce sujet que je vous conseille de regarder tellement c'est joli (les perltrees, c'est comme les rébus du Coucou, je ne comprends strictement pas à quoi ça sert mis à part faire joli).

Photo : Laurie Simmons
Bande son : The Magic Numbers

Commentaires

  1. Mon «Nom d'une pipe!» était une expression imagée. Je me demandais en effet dans quoi tu allais te lancer.
    Déjà, je ne suis pas certain qu'il commence par enfiler un loden le matin. Enfin, chacun fait ce qu'il veut.

    RépondreSupprimer
  2. Mille mercis! Je n'ai pas trop envie de savoir ce que DSK a dans la tête, je crois… Pearltrees, je suis un peu comme toi, parce que le collier part dans tous les sens, mais j'aime bien la possibilité qu'il offre d'archiver les billets par genre…

    RépondreSupprimer
  3. baillergeau23:13

    Je vois que tu vas dans le sens des "ricains" qui font sauter sans état d'âme, toute séparation entre vie privée et vie professionnelle.
    J'aime mieux que les femmes et les hommes gardent leur "misérable tas de petits secrets" comme aurait dit Malraux.
    Que chacun garde quelque chose qui ne puisse pas être codé ? ça me plait assez.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

La valse de Ravel

L'important est-ce la rose (suite...)