Pour le meilleur et pour le pire



F - "Sos femmes battues, bonjour !"
LB - Bonjour.
F - "Oui... Euh ! Monsieur"
LB - Oui
F - "Vous vous êtes trompez de numéro ?"
LB - Non ! je m'appelle Marc et j'ai battu ma femme
F - "Comment?"
LB - Oui j'l'ai frappée j'suis devenu fou Madame, j'ai dérapé
J'viens d'appeler les urgences j'viens d'appeler les flics
Fallait que je parle à quelqu'un, fallait que je m'explique
F - "Mais qu'est ce qui c'est passé?"
LB - 1an et demi qu'on est marié et depuis quelques temps ça va pas
Ça fait 6 mois que j'cherche un emploi, un boulot
On vit en île de France et depuis le mariage j'ai la tête sous l'eau
A 27ans j'pensais pas être millionnaire
Mais je voulais tout lui apporter mais
Même le strict nécessaire je n'y arrive pas
Alors je m'en suis pris à elle comment ai-je pu tomber aussi bas
Des scènes de jalousies aux relations sexuelles alors qu'elle ne voulait pas
F - "Mais pourquoi?"
LB - je l'ai cru responsable, mais c'est moi le minable
J'agissais comme si j'avais besoin de la rabaisser, j'l'ai blessé et j'l'ai vu encaisser
J'ai tout fait pour l'éloigner de ses proches et
J'ai menti je traînais dans les bars avec des potes
Le soir quand elle rentrait le moindre détail et c'était l'embrouille
Et dans son regard dans ses gestes j'voyais bien qu'elle avait la trouille
Je fais peur à ma femme et c'est mon drame son comportement a changé car j'ai été infâme
F - "Mais vous avez essayez d'en parler à quelqu'un?"
LB - Mais à qui ? Je vais pas aller consulter un médecin, lui dire quoi ?
Elle a tenté de maintenir l'équilibre, elle avait de l'argent et moi je me suis senti invisible
Je me suis senti petit alors je l'ai dénigré tout le temps
F - "Et la famille les proches, personne vraiment?"
LB - Je bats ma femme c'est pas une chose que l'on dit à ses parents
Elle a été patiente car elle avait l'espoir que je change
Mais plus elle essayait et plus j'changeais pas
C'était une agression psychologique permanente
Et la violence de mes mots la rendait incompétente
Elle se sentait pas en sécurité et elle avait raison
Plus je contrôlais la situation et plus c'était la prison
J'ai eu du mépris pour elle et pourtant je n'ai jamais cessé de l'aimer
C'est moi qui avais besoin d'être aidé
Madame elle est enceinte de 4 mois et aujourd'hui j'l'ai battu à lui casser le bras
F - "Comment ? qu'est ce que vous dites?"
LB - Elle m'a fait une remarque, J'avais trop bu, ça a été une gifle au début puis elle a continué à se moquer
En colère je lui en ai collé une dans les gencives
F - "Quoi"?
LB - Ouais on s'est battu, et je l'ai frappé avec la barre de fer, je lui ai fais vivre l'enfer
Mais je n'en tire aucune fierté Madame
F - "Mais où est elle ?"
LB - Elle est à terre, là, à côté de moi inconsciente j'vous l'ai déjà dis, j'ai déjà appelé les urgences
F - "Oh !mon dieu!"
LB - Oui je sais j'ai été trop loin j'ai pété un câble, maintenant je sais que c'est la fin
F - "Non Mais attendez, Monsieur! Marc continuez à parler...Est-elle encore en vie?"
LB - Oui je crois, c'est d'ma faute, je bossais dans l'informatique
A la maison je remplissais mon rôle,
Mais tout est parti de travers je pensais que ça n'arrivait qu'aux autres
Mais quand c'est vous c'est souvent qu'on ne le voit pas venir
J'aurais du me ressaisir j'l sais...il n'y a plus d'avenir aujourd'hui
Mon geste est impardonnable, méprisable, elle méritait pas ça madame !
F - "Vous avez des remords ?"
LB – J'veux pas qu'elle meurre, non, car j'ai eu tort
Je lui manqué de respect, manqué à mon honneur
Manqué à ma promesse, manqué à mes vœux, j'ai manqué à notre amour
Et je suis le seul responsable de cette violence conjugale
Je dois vous laisser Madame, y a les flics à la porte
F - "Non ! mais attendez Monsieur! Marc ne raccrochez pas! Allo, allo?... Marc?"
LB - Ce morceau, c'est pour toutes les femmes battues
Les hommes n'ont pas d'excuses et cette chanson n'en ai pas une
La réalité est souvent encore plus dure J'l sais mais, aujourd'hui j'ai pris mes responsabilités
Car c'est pour le meilleur et pour le pire






Les violences faites aux femmes seront Grande Cause nationale en 2010. Le Premier ministre, François Fillon, devrait l’annoncer, à l’issue du Conseil des ministres, mercredi, lors de cette Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. En France, 1,2 million de femmes ont déclaré avoir subi au moins un acte de violence physique ou sexuelle en 2007-2008, selon l’enquête Cadre de vie et sécurité, menée par l’Observatoire national de la délinquance. Plus de la moitié d’entre elles ont été agressées au sein de leur foyer, dont 310 000 par leur conjoint actuel. Mais si la parole se libère peu à peu, le taux de plaintes déposées reste extrêmement faible (8%). Et si la majorité de ces femmes (73%) expliquent vouloir trouver une autre solution, la moitié d’entre elles estime aussi que "ce n’est pas grave" ou que "cela ne servirait à rien".


Commentaires

  1. Moi j'ai rencontré un médecin, avec qui je bossais, qui se faisait frapper par sa femme. Un copain m'a raconté la même chose à propos d'une jolie fille que j'avais connue au lycée avec laquelle il avait entretenu une relation. La violence conjugale existe aussi dans l'autre sens, de manière marginale certes, mais je ne crois pas que les femmes soient supérieures ou inférieures aux hommes. l'humanité est violente, je suis horrifié de voir des combats de catcheuses, j'ai vu ça à la télé l'autre jour. La violence est une horreur qui n'a pas de sexe.

    RépondreSupprimer
  2. Quel récit ! C'est pas les hommes ou les femmes qui sont moches c'est la violence gratuite ! Comment peut-on passer de l'amour à la haine avec autant de facilité, c'est écoeurant. Il est temps de faire enfin quelque chose pour que tout cela cesse.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi c'est un Noir à qui on a fait rapper de texte. Trop facile de dire que ce sont les miséreux qui cognent alors que la violence faite aux femmes c'est à tous les niveaux socio culturels avec un petit cran supérieir pour les hommes puissants. Stop aux clichés

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

Dieu existe ? Admettons.