6 nov. 2009

Départ


"Je hais les voyages et les explorateurs. Et voici que je m'apprête à raconter mes expéditions. Mais que de temps pour m'y résoudre".
C'est ainsi que commence Tristes Tropiques que je viens de retrouver très facilement en définitive.
La page 42 est marquée. Quelqu'un avait du commencer à le lire. Mon ex-mari sans doute. Des photos de femmes Caduveo au visage peint.
Vers la fin du livre "Le monde a commencé sans l'homme et il s'achèvera sans lui. Les institutions, les moeurs et les coutumes, que j'aurai passé ma vie à inventorier et à comprendre, sont une efflorescence passagère d'une création par rapport à laquelle elles ne possèdent aucun sens, sinon peut-être celui de permettre à l'humanité d'y jouer son rôle."
Je hais les voyages moi aussi. J'ai toujours l'impression qu'on m'arrache quelque chose quand je pars de chez moi et pourtant, une fois partie, le bonheur de la découverte et du partage se font sentir et j'oublie vite cette sensation désagréable.

Demain je prendrai le train pour Paris. Quelques jours de congés forcés (la crise est passée par la zone industrielle, c'est confirmé) me permettent de monter voir mes parents (la santé de mon père va en se dégradant) et bien sûr les amis éparpillés aux 4 coins de la capitale.
Je viens de m'apercevoir que je serais là bas pour célébrer la chute du mur de Berlin et je trouverai bien quelque chose à faire dans la liste des manifestations que Fabien nous a concoctée.
Sans doute une visite à Beaubourg pour Soulages.
Et un hommage à Miles Davis si je peux.
Et demain soir, à peine débarquée, en route pour la Comète.
On nous annonce un invité surprise dont j'ai du mal à croire qu'il vienne juste pour moi.
Allez encore un petit coup de Levi Strauss pour la route : "Chez les Nambikwara, le pouvoir politique n'est pas héréditaire. Quand un chef devient vieux, tombe malade et se sent incapable d'assumer plus longtemps ses lourdes fonctions" il choisit lui même son successeur "celui-ci sera le chef".

 Photo de Miles Davis trouvé chez Il est 5 heures.





4 commentaires:

  1. Il m'a dit "Quoi ? L'illustre Trub sera là. Je viens".

    RépondreSupprimer
  2. Comment peux-t-on haïr les voyages -surtout pour un intellectuel? Question qui reste pour moi une énigme... Justement il faudra que j'en fasse prochainement un billet! En gtros, pour moi, ne pas voyager ce serait comme être privé de livre. J'en reparlerai. Et... bon voyage!

    RépondreSupprimer
  3. Lors de son dernier séjour à Paris, @undessinparjour est allée à l'expo Soulages. Et chez elle, ça donne ceci :
    http://undessinparjour.wordpress.com/2009/10/24/exposition-soulages-a-beaubourg/

    RépondreSupprimer
  4. Beaubourg plutôt que Brandebourg ou comment fêter la chute du mur, à Paris… ;o)

    RépondreSupprimer