Nous nous sommes tant aimés


J'hésitais pour le titre. Il y avait aussi "règlement de comptes à OK Corral". Mais je préfère rester sur une note optimiste en me disant que si amour il y avait amour il peut y avoir encore tandis que dans le cas du règlement de comptes, tout le monde reste sur le carreau. Ca profite à qui tout ça dites moi ? Je veux bien qu'on fasse la lumière sur des comportements pour le moins étranges. Je veux bien accepter que faire de la politique c'est pas faire du tricot. Je veux bien croire qu'on ne soit pas d'accord les uns avec les autres même si on soutient la même cause. Je veux bien tout ce qu'on veut d'ailleurs. Je ne suis pas du tout contrariante comme femme. Très ouverte en plus. Open comme disent certains. Par contre j'ai une certaine tendance à ne pas aimer quand tout le monde tombe sur quelqu'un même si ce quelqu'un n'est pas blanc blanc. Parce qu'à mon opinion, il y en a toujours qui manipulent dans l'ombre et que ceux là on n'en parle pas forcément. J'aimais bien Martine même si j'ai choisi Segolène. J'aimais bien Laurent et Dominique aussi. Je les ai tous aimés. Demain ? Je continuerai d'avancer quoi qu'il advienne avec où sans eux. Et les militants aussi, tous ceux qui râlent dans les sections, tous ceux qu'on n'écoute ni n'entend. Tiens si je croyais en Dieu, j'irai brûler un cierge à Fourvière, histoire de nous mettre sous une autre protection que la notre. Nous nous sommes tant aimés. Demain ?

Commentaires

  1. Ce que je disais ça et là, c'est que ce genre de bouquins qui font polémiques sortent toujours à-propos. A se demander si ce n'est pas la drotie qui les édite :-)

    RépondreSupprimer
  2. drotie= droite (oups!)

    RépondreSupprimer
  3. ouf j'ai z'eu peur en voyant ton titre ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Très beau billet, Sylvie. Il m'arracherait presque une larme. Hélas, trois fois hélas, le citoyen de gauche que je suis, en a mal aux idées ! Mais, bon, les idées d'abord.

    RépondreSupprimer
  5. Maintenant, ce n'est plus au sein du PS que l'on tire à boulets rouges sur Ségolène Royal mais ce sont les Verts.
    Pourquoi attire-t-elle tant d'inimitiés ?

    Quant à ce livre qui sort, qui est sous cette parution ?

    RépondreSupprimer
  6. Bah merde, j'ai mis c'matin un commentaire qui est passé à l'as.. Sylviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiieeeeeeeeeeeeee ?

    RépondreSupprimer
  7. @Homer : on n'a pas toujours besoin de la droite pour nous saborder non ?
    @rodolphe : un kleenex quand même ?
    @Flèche : Segolène n'est pas consensuelle (Oh le joli mot n'est ce pas lediazec et b.mode ?). pour le reste je n'en sais rien.
    @b.mode : je ne sais pas moiiiiiiiii !

    RépondreSupprimer
  8. Maintenant, Sarkozy devrait nommer un républicain au poste de ministre de l'Intérieur.

    Il y a beaucoup de républicains à l'UMP.

    Sarkozy devrait choisir un républicain comme nouveau ministre de l'Intérieur car, sinon, les jeunes n'auront plus AUCUNE confiance dans la police nationale et dans " le premier flic de France ".

    Sarkozy devrait trancher dans le vif.

    Vite.

    RépondreSupprimer
  9. Voici le communiqué de Brice Hortefeux, qui donne sa propre version de l’affaire. La version de Brice Hortefeux est un mensonge caractérisé :

    « Brice Hortefeux dénonce une vaine et ridicule tentative de polémique.

    A l'occasion des universités d'été de l'UMP, alors qu'il prenait une photo à la demande d'un jeune militant, des commentaires du public ont porté sur les caractéristiques supposées des habitants de l'Auvergne, région d'origine de Brice Hortefeux.

    Celui-ci a alors précisé « s'il y en a un, ça va ; c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes » par référence aux très nombreux clichés qu'il venait de prendre avec la délégation auvergnate et alors qu'il s'apprêtait à partir.

    Pas un seul mot de Brice Hortefeux ne fait référence à une origine ethnique supposée d'un jeune militant. »

    http://www.interieur.gouv.fr/misill/sections/a_la_une/toute_l_actualite/ministere/tentative-polemique/view

    En réalité, tout le dialogue portait sur Amin, le jeune militant UMP.

    1- Un participant a commencé à parler d’Amin.

    2- Ensuite, Brice Hortefeux a parlé d’Amin.

    3- Ensuite, un autre participant a parlé d’Amin.

    4- Ensuite, Jean-François Copé s’est adressé directement à Amin.

    5- Ensuite, une participante a parlé d’Amin.

    6- Enfin, Brice Hortefeux a parlé d’Amin, et c’est là où il a dérapé dans les propos racistes.

    Voici la retranscription de la conversation polémique que tient Brice Hortefeux lors de l'université d'été de l’UMP :

    Un participant : "Ah ça, Amin, c'est l'intégration."

    Brice Hortefeux : "Il est beaucoup plus grand que nous en plus." (à propos du jeune homme)

    Un autre participant : "Lui, il parle arabe".

    (Rires de l'assemblée)

    Jean-François Copé : "Ne vous laissez pas impressionner, ce sont des socialistes infiltrés."

    Une participante : "Il est catholique, il mange du cochon et il boit de la bière."

    Brice Hortefeux : "Il ne correspond pas du tout au prototype."

    (Rires de l'assemblée dont Jean-François Copé)

    Brice Hortefeux : "Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes. Allez, bon courage…"

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090910.OBS0729/le_verbatim_des_propos_de_brice_hortefeux.html

    RépondreSupprimer
  10. lediazec a tout dit en insistant sur la beauté du texte de trub. Elle est celle qui nous fait avancer. Ce n'est pas une idée. C'est dans la chair que s'inscrivent les idées. Il faut les vivre et pas en parler.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

La valse de Ravel

L'important est-ce la rose (suite...)