Les jeunes sont des adultes comme les autres.

C'est ce qu'a déclaré un des amis du jeune Adrien qui a été tué mercredi soir à Decines.
Triste histoire.
Un homme arrêté se déclare innocent. Laissons la justice faire. Juste une vie fauchée un soir d'été par quelqu'un qui ne supportait pas le bruit.
Ce qui m'a choqué le plus, c'est d'entendre quelqu'un déclarer à la radio que finalement, à force que les jeunes fassent du bruit le soir, c'était normal que ça finisse par arriver.
Ben voyons.
Tu es chez toi, tu crèves de chaud, tu as sans doute éclusé quelques bières et le programme de la télé n'est pas terrible, tu voudrais bien dormir mais voilà, il y a quelques gamins qui discutent en bas de chez toi et ta fenêtre est ouverte à cause de la canicule. Tu t'énerves. Tu prends ton fusil de chasse, celui qui normalement ne doit servir qu'à tirer des lapins ou des perdreaux, et tu tires. Tu tires sans trop savoir où et comment, tu veux juste leur faire fermer leur gueule une fois pour toutes.
Ca a marché. Un gamin a fermé sa gueule pour toujours.
Sauf que moi je ne trouve pas ça normal.
Chez moi, il a fait très chaud ce week-end. Le rasta qui habite en face a fait comme il fait toujours : ouvert sa fenêtre et mis Bob Marley à fond. Personne ne lui a jamais tiré dessus. Il habite dans une petite chambre du foyer Sonacotra et la musique est sa seule liberté. Le reste du temps, comme tout le monde, il bosse.
Les étudiants des immeubles environnants (j'habite à côté d'une fac) font la fête de temps en temps. Ca me dérange bien sûr mais je finis toujours par m'endormir.
Mon fils joue du trombone à l'occasion, dans l'immeuble à côté c'est de la batterie de temps en temps.
L'hiver, ça ne dérange personne, tout le monde vit calfeutré chez lui.
L'été c'est une autre histoire.
La nuit, tout s'entend, tout résonne.
Alors de temps en temps, un homme (avez-vous remarqué, ce n'est jamais une femme) s'énerve et la violence arrive. Comme ça, d'un seul coup, sans prévenir.
Alors que, comme le dit si bien le jeune homme dans l'article, si quelqu'un fait du bruit, on peut venir le voir pour le lui dire.
Gentiment, calmement.
C'est comme ça que ça devrait se passer.
Normalement.
Mais non.
Quelqu'un peut-il me dire pourquoi ?
Répondez moi !



Commentaires

  1. J'ai un musicien juste en dessous de chez moi, il est 'hachment bien ! Bon, je triche un peu, j'suis théâtreux !

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raison, mais tu peux être sûre que quelqu'un va mettre en face le drame inverse qui s'est produit il y a qyelques mois (semaines ?):
    Cette jeune femme qui est sortie de son pavillon pour demander à des jeunes gens qui faisaient un rodéo et empêchaient son bébé de dormir de faire moins de bruit, jeune femme qui s'est trouvée défigurée à vie par un coup de flingue pour toute réponse à sa demande.
    Comme si une ignominie ou un geste aussi irréfléchi qu'irréparable pouvait en excuser une autre.
    Le problème de la connerie est qu'elle est uniformément répartie dans toutes les tranches d'âge...

    RépondreSupprimer
  3. Des choses comme ça ne devraient pas arriver, mais c'est ce qui fait que la vie est vache parfois. Mon voisin est un merdeux qui fait du boucan tous les soirs à compter de minuit - jusque pas d'heure- et jamais la conciliation amiable n'a pu faire la différence. Je prends sur moi. Et de rappeler que dans ce genre d'affaires, on ne sait jamais vraiment tout.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis comme Le Gout, c'est difficile à juger ce genre d'affaires. Ce qui est certain c'est que l'état ne sait que répandre la violence, et que tout le monde suit... C'est une triste période que nous vivons - bientôt nous serons comme à L.A.: du rap et des flingues, et des gens qui ont peur!

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme01:00

    Mais bien sur que beaucoup de jeunes sont cons, c'est bien connu.
    Aujourd'hui beaucoups ne respectent plus rien.
    Sans respect de leur part, ils ne peuvent pas s'attendre à recevoir en retour du respect.
    Je comprends la réaction de celui qui a tiré. J'ai eu moi même plusieurs fois des "mauvaises pensées" mais plus softs, genre sortir des bombes lacrymo. Mais je ne suis jamais passé à l'acte, et je ne le ferai certainement jamais... Et pourtant j'habite dans un quartier pavillonaire "bourgeois"
    Pour pouvoir porter un jugement, il faut être confronté au problème pour de vrai.
    Si le bruit ne vous dérange pas, tant mieux pour vous, mais il faut essayer de comprendre ceux que çà dérange, car çà peut vraiment rendre dingue.

    RépondreSupprimer
  6. anonyme> Comment veux-tu que dans des coins où on a délibérément créé des cités-ghetto, où on s'entête à retirer le moindre espoir à ces jeunes gens ça ne tourne pas mal.
    Ces jeunes gens ne sont certes pas angéliques, loin de là, mais si on ne passait l'essentiel de la législation à les stigmatiser, les entreprises à les rejeter à cause de leur nom ou de leur adresse, les "bien pensants" à avoir une approche gnangnan des "quartiers" (ça m'agace), supprimer les organisations et les postes qui pourraient les aider, ils se sentiraient peut-être moins comme "ceux qui gênent".
    Quand on en est à ne plus avoir d'enfants, de jeunes gens qui déconnent mais "des mineurs délinquants", ça devient vraiment grave. La droite à toujours joué sur la peur, faire que la jeunesse ait peur de la police, que les vieux aient peur des jeunes, que les patrons aient peur des syndicats, que les salariés aient peur de leur patron. Bref, la droit a fait de la peur le moteur de leur action.
    Faut pas s'étonner de réactions disproportionnées face aux actions qui les motivent. c'est cette approche "far-west" qui favorise le flingue au premier mot un peu vif.
    D'ailleurs notre naot énervé a peur de tout, c'est sans doute pour ça qu'il ne se balade qu'avec une bulle de 10 km² de vide autour de sa personne. Et comme tous ceux qui vivent dans la peur, il ne voit guère que le flicage généralisé et la mise en cage des pauvres pour se rassurer...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

L'important est-ce la rose (suite...)