Lettre ouverte de Philippe Lioret parue dans Le Monde lundi dernier

"Monsieur Besson,
Je prends connaissance de votre intervention, ce matin sur Europe 1, où vous m'accusez, suite à mon film Welcome, de franchir "la ligne jaune dans un but promotionnel" quand, dans une interview, je mets en parallèle la situation des migrants et des bénévoles, aujourd'hui à Calais, avec celle des juifs et des Justes qui leur venaient en aide durant l'Occupation. Vous trouvez cela "inacceptable, désagréable, insupportable".
Sachez que mon travail d'auteur et de réalisateur est de m'intéresser aux événements qui se passent aujourd'hui, chez nous, et à leurs prolongements et conséquences sur l'âme humaine, en essayant de ne pas être manichéen. Dans toute société en situation de crise, face à l'injustice, chaque citoyen se trouve un jour placé devant ses responsabilités. Georges Brassens a parfaitement illustré le choix de cet engagement dans sa Chanson pour l'Auvergnat. A mon époque, la nôtre, je fais de même avec mon film. Sachez qu'en l'occurrence, je ne mets pas en parallèle la traque des juifs et la Shoah, avec les persécutions dont sont victimes les migrants du Calaisis et les bénévoles qui tentent de leur venir en aide, mais les mécanismes répressifs qui y ressemblent étrangement ainsi que les comportements d'hommes et de femmes face à cette répression.
Par ailleurs, vous avancez que Welcome serait "truffé d'invraisemblances". Sachez aussi que, bien que ce film se revendique comme étant une fiction cinématographique et pas du tout un documentaire, nous avons, Emmanuel Courcol, mon coscénariste et moi-même, mis un point d'honneur à ce qu'il soit très scrupuleusement documenté et à ce qu'il évoque toujours des faits ayant ou ayant eu lieu, comme ont pu en attester les nombreux bénévoles qui ont vu le film en avant-première.
Il y a quelques jours encore, près de Béthune, une femme a été mise en garde à vue pour avoir simplement rechargé des téléphones portables de migrants. Welcome ne fait qu'illustrer ce genre de fait divers.
La réalité, dit-on, dépasse souvent la fiction. Votre réalité, Monsieur Besson, se contente de l'égaler et c'est déjà suffisant pour être affligeant, pour confirmer qu'aujourd'hui, dans notre pays, de simples valeurs humaines ne sont pas respectées. C'est cela que vous devriez trouver "inacceptable."

Photo : Henri Salesse

Trub d'honneur de la semaine à Philipe Lioret. Je vais voir le film dès que j'ai 5 minutes et j'en reparle dès que j'ai le temps (pas gagné je sais...)

Commentaires

  1. Une lettre bien écrite. Ca va vexer Môssieur Besson. Bien fait !

    RépondreSupprimer
  2. Et paf dans ta gueule :-)

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait du bien de lire ces mots.

    Et Eric Besson ne doit pas bien connaître le fonctionnement de ses services, car effectivement si on vient en aide à des personnes sans papiers, les risques encourus existent. Ils ne sont pas imaginaires, car ils sont appliqués !

    RépondreSupprimer
  4. J'en connais un qui sera tondu à la libération !

    RépondreSupprimer
  5. N'ayant pas vu le film, je vais me contenter de commenter la lettre.

    "mais les mécanismes répressifs qui y ressemblent étrangement" non. Le dire est minimiser la Shoah et décrédibiliser ce que vivent les immigrés sans papier à l'heure actuelle.
    Montrer la gravité de ce qui se passe en France en comparant des situations qui ne peuvent l'être est contre-productif et, même si je hais Besson, je comprends sa réaction. Nul ne sera jamais déporté ou fusillé pour avoir hébergé ou aider un sans papier. Et c'est bien cela dont il était question à l'epoque.

    Il me semble malheureux, même si je comprends l'intérêt, de faire exactement ce que l'on reproche à Sarkozy ; a savoir procéder par amalgames, communications foireuses, coups de sang. Si nous reprochons à Sarkozy d'être en permanence dans l'hystérie la plus totale, de n'agir que via des petites phrases bombes alors ne faisons pas de même.

    RépondreSupprimer
  6. Bravo : monsieur Philippe LIORET

    Merci , Trublyonne pour la diffusion !

    Bésitos

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme16:09

    étranges fonctions des blogs: causeries dans le vide et relai des médias. si au moins c'était pour la cause des médias indépendants, sans autres moyens de divulgation...
    la dite blogosphère: un chien qui se mord la queue!

    RépondreSupprimer
  8. la peine pour les bénévoles est de 5 ans....en revanche le film ni les médias, ni encore moins le PS ne pose le problème de ces migrants...Qu'est il proposé à gauche? Ouvrir les frontières et régularisation massive?? si c'est le cas il faut l'affirmer haut et fort et décrire les dispositifs financiers nécessaires à un accueil digne !! j'attends de voir...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le non choix est-il un choix ?

L'important est-ce la rose (suite...)