La psychologie des éléphants

"Ils ne s’arrêteront jamais. Leur psychologie est très simple en fait. Elle est liée à la conception profonde qu’ils ont de la politique. Ils pensent très basiquement : Je suis mâle, je suis dans le cursus, j’ai fait les bonnes études, j’ai tous les mérites, je suis l’homme qu’il faut. C’est une conception patrimoniale et possessive de la politique, comme le capitalisme des héritiers. […] La primaire a été pour eux un rapt profond qu’ils ne surmonteront jamais. S’ils étaient vraiment sages, ils se diraient qu’ils ne sont, que nous ne sommes que des passagers de la politique et que, puisque j’ai été choisie par les militants, puis par le peuple, ils doivent me suivre. (…)La décomposition du PS, au fond, ils s’en moquent, ils pensent que de toute façon ils gagneront au prochain coup. Ils pensent que l’agonie sera tellement lente qu’ils ramasseront inévitablement la mise. (…) Moi, je suis très claire. S’il y en a un de meilleur que moi, qu’il y aille, je ferai même sa campagne en 2012. Mais pardon, pour le moment, je ne vois pas. J’aime cet argument stupide qui consiste à me dire : "Ségolène, protège-toi, le parti détruit toujours celui qui le dirige…" Eh bien soit ! qu’il me détruise. Puisque je suis nulle de chez nulle. Parce que c’est bien ça, non ? Je suis nulle de chez nulle. La bonne aubaine, le parti qui me détruit… mais non, évidemment, c’est un argument spécieux, abject. La vérité, c’est qu’on ne peut pas prendre le risque. On ne sait jamais… si on prenait le risque que le parti ait 700.000 adhérents, qu’on ouvre les grilles de Solférino, qu’on fasse revenir les artistes et les intellectuels, qu’on se remette à réfléchir joyeusement à la politique. Mon dieu, quelle horreur, cette femme est dangereuse, c’est une sorcière… Surtout pas elle… on ne sera plus chez nous (rires). (…) Le poison est entré si violemment dans ce parti. Et, eurêka ! ils ont trouvé une femme pour battre une autre femme. Avec l’idée que nous nous battrons au sang et qu’eux pourront ramasser la mise en 2012. C’est de l’inconscience à l’état pur, c’est de l’irresponsabilité, c’est une forme de perversion absolue. (…) Et pendant ce temps, les Français vont souffrir… Mais ils s’en foutent éperdument, ils ne pensent qu’à eux, à ce processus de congrès stupide."
Ségolène Royal

Extrait du livre qui crée la polémique mais qui est peut être une ébauche de réponse à la question que m'a posé Le Goût des Autres dans le commentaire déposé sur la précédente note... Je sens que je vais en énerver quelques uns aujourd'hui et que c'est pas bien n'énerver les gens le dimanche. Tant pis j'assume.




Découvrez Beirut!

Commentaires

  1. Salut :-)

    Bon, je ne suis pas socialiste, me situant nettement plus à gauche sur l'échiquier politique.
    Néanmoins, je finis toujours pas voter pour le représentant du PS au deuxième tours des élections.

    Certaines options politiques de Ségolène Royal me conviennent, notamment son côté social, d'autres non.

    Par contre, en tant que personne, je l'aime bien.
    Elle est intelligente, courageuse, pleine d'humour, obstinée, souriante...dans ce milieu là elle est bien la seule parce que les autres pour ce qui est de l'amabilité et du sourire...

    Et puis je trouve ce qu'elle a écrit de Sarkozy parfait : médiocre, sans envergure.

    Et dépourvu aussi du sens de l'avenir comme de celui de l'histoire, bref, une erreur de la démocratie!

    Ce qu'elle écrit sur le PS, vu de l'extérieur, me parait tout aussi pertinent!

    RépondreSupprimer
  2. ce que j'aime en toi c'est que tu ne lâches pas facilement...bon j'aime aussi quand tu te lâches côté rigolade...mais t'a raison ma poule...il faut y croire un peu aux nouveaux leaders sinon nous n'aurons bientôt plusq ue des dealers de rêves matérialistes qui voudront même nous vendre le bonheur par paquets de 10 !!!

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien joli cette argumentation assez bien construite (c'est un peu normal de la part de quelqu'un qui sort de l'ENA)cela dit, quelques réponses restent pensantes:
    - En quoi consiste le programme ?
    Il n'y a rien de réellement proposé.
    Un silence gêné (et gênant) persiste sur la nécessité de l'abrogation de lois liberticides et qui affirment la régression sociale.
    - Que signifie exactement "dites moi ce que vous souhaitéez et je le mettrai dans le programme" (ce ne sont pas les termes exacts mais la substance y est).
    En fait, la vraie question reste: Ségolène est-elle de gauche ?
    Qu'elle le soit ou non n'a aucune importance, un Bayrou est aussi honorable qu'une Royal ou une Buffet, simplement, un peu de clarté ne nuit pas et induirait plus de confiance.

    RépondreSupprimer
  4. PS: En fait je me demande si les uns ou les autres suivent une femme, un homme, ou un parti.
    Personnellement je suivrais plutôt une vision du monde et de la société.
    Il manque juste (pour l'instant du moins) un parti qui l'incarne.
    Du coup, je vote contre celui que je ne veux pas voir au pouvoir plus que pour quelqu'un qui m'aurait convancu (et d'ailleurs ça n'a pas marché...)

    RépondreSupprimer
  5. j'ai voulu écrire "questions pendantes" et pas "pensantes" (quoique...).

    RépondreSupprimer
  6. Me situant plutôt au centre gauche sur l'échiquier politique, je n'avais pas un regard particulièrement indulgent pour Ségolène Royal.
    Je n'aime pas son égo surdimensionné, j'ai eu du mal à supporter son opportunisme notamment pendant l'élection présidentielle.

    Toutefois, depuis quelque temps elle force mon admiration par son courage et sa persévérance.
    Bien plus que Martine Aubry qui a su magouiller à merveille.

    RépondreSupprimer
  7. Flèche> Le problème est exactement là: On n'a qu'un choix bizarre entre Don Quichotte et Machiavel alors qu'il faudrait un mariage des deux pour être à la fois "entraînant" et efficace. Il faut à la fois une "vision" et une "technique"...
    Bilan, j'ai l'impression que chacun des aspects tue l'autre. C'est un naufrage !

    RépondreSupprimer
  8. il y a pas comme un egotisme échevelé dans cette manière de toujours se remettre en scène sur le registre moi/eux

    ce n'est pas probablement pas ainsi qu'on se convaincra d'un quelconque changement de son coté

    parce qu'en matière de "conception profonde de la politique", elle en a à revendre: tout doit se construire autour de sa personne.

    le fait de décrire les défauts de ses adversaires ne suffit pas à démontrer ses propres qualités, or c'est ici que l'on attend quelques gages: le PS est un sujet certes bien maitrisé, mais ce n'est pas seulement la primaire qu'il faut gagner

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour à toutes et tous,

    J4ai fais un billet qui prend le contre-pied de Martin P? Et qui va dans le sens de Le goût des autres. Oui ségolène Royal avait une vision de la société et une méthode pour se faire:
    http://www.lepost.fr/article/2009/02/03/1410090_segolene-royal-a-t-elle-transgresse-un-tabou.html

    Ce qu'on a encensé chez Obama on l'a nié chez SR.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

La valse de Ravel