Brève du soir (toujours espoir...)

Obama va casser la Barack !

Elle est de moi et je rigole toute seule depuis ce matin à cause de ça (je sais il m'en faut peu) mais à force de fréquenter des blogs de taré , on fini par le devenir un peu aussi.
Sinon demain c'est ma fête et comme dit le dicton auvergnat "A la Sainte Sylvie, Obama est ravi". A demain donc en espérant qu'on ne fêtera pas la St McCain, ça ne serait vraiment pas de veine.

Commentaires

  1. Heuh....on a parié hier avec KMS que PERSONNE n'oserait la faire!!
    Ben si!!!

    RépondreSupprimer
  2. blog de taré? Oui présent?
    Bien la musique , je pense si mes souvenirs sont bons qu'elle a été utilisée dans la version originale de Mash, avec en plus la magnifique:
    suicide is paintless.
    Quant au jeu de mot , essayes encore tu finiras par être drôle...
    Etre taré ou avoir un humour pitoyable est un métier.
    Un exemple:
    Tu connais la chanson de line Renaud?
    Ma baraque a obama?
    Tu vois , ça c'est pitoyable!
    Allez va t'entrainer.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai la faiblesse que "Yes Change We Can". Je suis réconcillié avec les States depuis peu, mais je nee sais pas pourquoi!! Une envie d'un all dressed hot dog maybe...

    RépondreSupprimer
  4. @pbe : j'allais me gêner :-)
    @pascal : aussi taré que Balmeyer, va falloir te lever tôt quand même.
    @africadelice : yes you can brother.

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme13:36

    je connaissais pas , balmeyer.Interessant.
    Par contre j'ai en porte feuille quelques post trés surréalisteS qui m'amènent a penser qu'il ne faudrait pas que je rencontre celui ci....Je plains les témoins de la scène, qui pourraient juste dire:
    Ce jour là j'y étais!
    Yes we can!

    RépondreSupprimer
  6. ouis moi je remet du coca dans mon whisky...
    peut etre pas pour longtemps...on verra

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Le corps des femmes, leurs droits et la Pologne

La valse de Ravel