En attendant le Congrès


Les sondeurs n'ont qu'à bien se tenir. Un système mathématique permet de prédire sans faillir le vainqueur des présidentielles américaines. C'est en tout cas ce qu'affirme son co-inventeur, Allan Lichtman, professeur d'histoire à l'American University. Basé sur l'analyse des présidentielles de 1860 à 1980, ce dispositif, baptisé "Les treize clés de la Maison-Blanche", a été mis au point en 1981 avec le mathématicien russe Volodia Keilis-Borok. Il a fait l'objet d'une communication dans les Annales de l'académie américaine des sciences (PNAS) et d'un livre publié en 1990. Concrètement, il comprend 13 variables ou "clés" qualifiées de "positives" ou "négatives". D'après les deux scientifiques, le parti au pouvoir ne doit pas récolter plus de cinq clés négatives s'il veut l'emporter. Les 13 clés prennent en compte la situation économique, intérieure et mondiale, l'existence de troubles sociaux et d'un scandale frappant le président sortant. La formule ignore les sondages, la stratégie des candidats, les débats présidentiels et le choix des colistiers. "Ce système est fondé sur la théorie selon laquelle l'élection présidentielle est surtout un verdict des performances des sortants. C'est la raison pour laquelle on peut faire des prédictions avant même de connaître le nom du candidat", explique le Pr Lichtman.

Voici les réponses aux 13 clés pour 2008 :

1/ Après les dernières élections législatives, le Parti républicain a obtenu plus de sièges à la Chambre des représentants : Faux.
2/ John McCain a été investi par les républicains sans véritable bataille au sein du parti : Vrai. 3/ Le candidat du parti sortant est le président : Faux. 4/ Il n'y a pas de candidat indépendant significatif : Vrai.
5/ L'économie n'est pas en récession durant la campagne: ceci est théoriquement vrai mais la gravité de la crise financière est négative pour les républicains, relève Allan Lichtman.
6/ La conjoncture économique a été meilleure durant la présidence sortante que lors des deux précédents mandats : Faux.
7/ M. Bush a mis en oeuvre des politiques d'envergure ayant amélioré la vie des Américains : Faux.
8/ Il y a eu des troubles sociaux comme des émeutes durant le mandat de M. Bush : Faux.
9/ Un scandale a éblaboussé le président sortant : Faux.
10/ L'administration Bush n'a pas subi d'échec majeur en politique étrangère : Faux.
11/ M. Bush a obtenu un grand succès en politique étrangère : Faux.
12/ Le candidat du parti au pouvoir est charismatique ou un héros national : Faux. "John McCain n'est pas charismatique. Il est un héros à titre personnel mais pas pour ses actes en tant que chef", note Allan Lichtman.
13/ Le candidat d'opposition n'est pas charismatique : Faux.

Résultat, "on compte au moins neuf faux, ce qui fait que M. Obama remportera la Maison-Blanche", conclut l'historien, qui prévoit même un écart de huit points en faveur du démocrate. Résultat mardi prochain.
Article piqué au Point.
On croise les doigts en tout cas. Joyeux Halloween tout le monde. Moi j'ai eu droit ce matin à une belle citrouille dans mon salon. Je sais que cette fête américaine n'a aucun intérêt pour nous français mais en tout cas pour moi, depuis 2 ans, c'est la journée de l'amour. Je sens que je vais aller fêter ça du côté de la Vogue de la Croix-Rousse ce soir, comme ça, juste pour le fun...

Commentaires

  1. C'est absurde ! Aucune élection présidentielle n'a encore vu s'affronter un candidat blanc et un candidat noir : cela rend toute analyse caduque ou à peu près.

    Quant au fait de vous voir, les uns et les autres, croiser les doigts pour Obama, cela m'amuse beaucoup : d'après ce que j'ai pu lire de ses propositions, il doit se situer légèrement à la droite de Nicolas Sarkozy...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ah le nouveau logo de la Région Auvergne Rhône-Alpes

La valse de Ravel

L'important est-ce la rose (suite...)