07 mars 2015

Rwanda, la vie après, paroles de mères

Ce documentaire bouleversant, lauréat du Prix Télérama au FIPA 2015, est à voir dès maintenant en avant-première sur Télérama.fr et le 8 mars sur Arte.
Son réalisateur, Benoit Derveau a recueilli le témoignage de 6 jeunes femmes Tutsis qui ont été violées lors du génocide de 94.
Violences, grossesses non désirées, rejet par leur famille, relations avec ces enfants du viol. Avec pudeur et dignité, elles nous livrent leur histoire.





Ce soir, en Mairie du 8ème, je reçois, à partir de 17 h,  l'association rwandaise Isangano qui organise une soirée en faveur de la défense des droits des Femmes au Rwanda et à travers le monde.

Le continent africain est concerné au 1er chef par ce combat car nous savons combien le dynamisme de l'Afrique repose sur la force des femmes africaines.

Le Rwanda donne l'exemple en termes de représentation des femmes en politique. En effet, le Parlement, déjà paritaire depuis plusieurs années, est devenu le SEUL parlement au Monde qui compte le plus de femmes que d'hommes. 51 femmes sur les 80 sièges que compte la Chambre des Députés. A ce train là, les hommes rwandais vont finir par demander une loi sur la parité pour garantir leur représentation...

Isangano signifie lieu de rencontre en kinyarwanda.
Je suis très heureuse de pouvoir partager avec eux ce moment qui allie citoyenneté et culture et regarder vers l'avenir ici en France comme là-bas.






Bookmark and Share

01 mars 2015

Tu ne blogues plus ?

Map of the Internet - Martin Vargic
C'est la question que m'a posée un ami hier soir.
Il n'est pas le premier ni le dernier à me la poser.
Il faudrait que je réponde pourquoi.
Ou pas...
Parce que je n'ai pas forcément la réponse.
Plus de 10 ans à taper sur un clavier, à penser blog, à lire des blogs, à commenter des blogs, à rencontrer des blogueurs, ça commence à faire.
Le temps passe et je ne rajeunit pas.
Peut-être que j'ai tout écrit ce que j'avais à écrire.
Je n'ai pas la fibre d'un écrivain.
Je n'ai plus le temps.
Je n'ai plus envie.
Je suis très active sur les réseaux sociaux. On me le fait remarquer souvent. Je ne sais jamais vraiment si c'est une constatation, une critique ou un compliment.
Je suis devenue adjointe. J'ai une obligation de réserve. Je me censure.
Je voudrais parler de la culture mais c'est compliqué chez moi.
Je préfère réfléchir et agir sur le terrain même si je n'ai qu'une toute petite marge de manoeuvre.
Pourtant j'ai plus de temps, je suis à la retraite depuis le début de l'année.
Ben justement, vous savez ce que c'est les retraités, ils n'ont jamais le temps, surtout s'ils sont élus.
Bref, plein de raisons qui sont les miennes mais pas celle de mon voisin.
Ca ne me perturbe pas plus que ça mais de temps en temps ça me fait culpabiliser (truc de femme quoi).
Je sais que ça crève le coeur ennuie Nicolas que les blogs politiques s'éteignent petit à petit même si notre Google Group politique continue à être actif.
Je lui dédie ce petit billet du dimanche, ainsi qu'à tous les copains qui continuent à tenir la flamme.




"Consacre tous tes soins à l’action présente, disait à peu près Marc Aurèle ; Laisse le reste au hasard ou aux dieux."


Le Goût de vivre: et cent autres propos Par André Comte-Sponville 


Bookmark and Share

08 septembre 2014

Une chambre à soi de Virginia Woolf au NTH8

Photographie : Lorenzo Papace
J'ai découvert Virginia Woolf tardivement mais ce fut quasiment un coup de foudre.
J'ai aimé tout de suite son écriture et découvert une femme fragile qui a essayé d'être elle même malgré la dépression.
Autant vous dire que lorsque le NTH8 a mis ce spectacle à son programme l'an dernier, c'est avec beaucoup de joie que j'y assisté. 
Il ne s'agit pas de n'importe quel texte : c'est ici une réflexion sur la place des femmes dans la littérature et par delà leur émancipation.  Un texte qui a une place importante dans l'histoire du féminisme.
Comme d'habitude, la collaboration de Sylvie Mongin-Algan et d'Anne de Boissy nous a offert une lecture sublimée de cette œuvre et d'un sujet qui les (nous) préoccupe au plus haut point : la création artistique.
Pour notre plus grand plaisir, cette œuvre est à nouveau à l'affiche du théâtre aux jours et horaires que vous trouverez ensuite. N'hésitez pas à réserver rapidement car le théâtre n'est pas aussi grand que la qualité du travail qu'on y fait.
Pour les tarifs, je vous rappelle la politique de la maison :
"L'accès à notre théâtre est pour tous et pour chacun. Et les biens immatériels qu'il permet d'aborder sont, selon nous, proprement inestimables : soit leur valeur dépasse tout ce qu'on pourrait estimer, soit on ne peut leur donner de valeur marchande, car les œuvres créées par les artistes sont destinées à appartenir à tous et à chacun, comme l'air, la terre, ou le soleil... Donc, c'est au choix de chacun, de 0 à 100 euros."
N'hésitez pas à dire que vous venez de ma part, Marie-Emanuelle à l'accueil vous réservera en plus son plus grand sourire.
  1. dimanche 12 octobre 2014 - 17h00
  2. lundi 13 octobre 2014 - 20h00
  3. mardi 14 octobre 2014 - 20h00
    Pourquoi les hommes boivent-ils du vin et les femmes de l’eau ?

    Pourquoi un sexe est-il si prospère et l’autre si pauvre ?
    Quel est l’effet de la pauvreté sur le roman ?
    Quelles sont les conditions nécessaires à la création des œuvres d’art ? Mille questions me venaient à l’esprit.
    Mais il me fallait des réponses et non des questions, et une réponse,
    je ne pouvais l’avoir qu’en consultant les doctes, les esprits non
    prévenus, ceux qui, s’étant mis au-dessus des polémiques et de l’agitation des corps, ont livré le résultat de leur raisonnement et de leurs
    recherches dans des livres qui se trouvent au British Museum.
    Si la vérité ne se trouve pas sur les rayons du British Museum, me demandai-je, saisissant un carnet et un crayon,
    où peut-elle bien se trouver ? 
     
     

03 septembre 2014

Les Etats Généraux du Parti Socialiste



Jean-Christophe Cambadelis demande aux socialistes de réfléchir au devenir de leur parti.
Pourquoi faire au fait ?
  • Sauver le parti ? Mourir ou se réinventer parait-il. On a combien de temps pour faire tout ça ? 3 mois ?
  • Sauver le Gouvernement ?  Au vu du début de fuite de certains députés frondeurs et autres Montebourg, on a l'impression que la préoccupation de certains serait plutôt de :
  • Sauver leur mandat électif ? C'est quand les prochaines élections ?
  • Sauver la France ? Là on commence à avoir peut-être du grain à moudre. Sauf que tant qu'on pensera en termes d'Homme providentiel (un homme forcément) on s'exposera à des déceptions. 
  • Sauver l'Europe ? Suivre ou ne pas suivre l'Allemagne.
  • The last but not the least : Sauver la planète ? Ou l'écologie est-elle trop sérieuse pour qu'on la laisse entre les mains des Ecolos.
J'ai pris consciencieusement des notes lundi quand on m'a informée de ce projet.
Sélectionné des thématiques avec mes camarades.
Nous allons réfléchir sur l'Identité et la Modernisation du Parti. 
Et puis peut être lire ça.
En attendant, je souhaite une bonne rentrée à tout le monde.
Studieuse ou pas.


24 juin 2014

La culture, c'est tout ce que l'homme a inventé...


...pour rendre le monde vivable et la mort affrontable.
Aimé Césaire

Adel ABDESSEMED, Décor - 2011-2012 - Cliché pris à la Fondation Pinault


Quelqu'un ma demandé récemment ce que je souhaitais faire de mon mandat et c'est cette phrase qui m'est venue à l'esprit.
Simplement parce que nous sommes dans une période difficile et qu'il est nécessaire de faire exister ce lien à l'autre et à la création qu'est la culture. C'est même complètement essentiel.
Je voulais dire aussi que je n'ai jamais vu un intermittent du spectacle rouler sur l'or. 
Que nous sommes en train de parler de travailleurs précaires.
De TOUS les travailleurs précaires.
Et que ça mérite qu'on y réfléchisse un peu tous ensemble.

C'est une petite reprise de ce blog avec une réflexion en cours sur la façon dont je pourrai le faire vivre.




25 février 2014

La citation du jour et autres amabilités


« Nous devons nous y habituer : aux plus importantes croisées des chemins de notre vie, il n'y a pas de signalisation. »
Ernest Hemingway



J'ai pris cette photo dimanche pendant le Grand Meeting qui s'est tenu à Vaise comme tout le monde à Lyon ne peut l'ignorer.
Gérard Collomb, seul, accroché à son pupitre, face à tous ceux qui s'étaient déplacés pour le voir malgré le soleil printanier. Un grand moment il faut le dire.
J'ai bien fait de ressortir mon vieil appareil photo qui, malgré un objectif bringuebalant, a pu restituer quelques images et montrer combien nous étions nombreux. Candidats, familles, amis... Certains chipotent sur les chiffres. Quelques bambanes qui n'ont rien de mieux à faire que sandrouiller dans les affaires des autres.Des artignoles qui beuglent pour pas grand chose, j'vous l'dis.


Sinon, mes petits belins, mes chères belines, je pensais vous tenir informés au jour le jour de ma campagne mais là je crois que c'est fichu. Je ne compte plus les bilans et projets distribués, les sonnettes et boites à lettres, les sourires et les critiques, j'ai même eu droit à une quenelle (pas une vraie hélas). Et quand je dis je, c'est nous que ça signifie. Une équipe de campagne motivée et fière d'avoir la possibilité de continuer le travail accompli pendant les 2 derniers mandats.Alors vous imaginez bien que j'ai pas bien le temps de faire des piapias sur ce blog. Ailleurs non plus d'ailleurs.

Mes p'tits gones, mes p'tites fenottes, J’m'en vé, j’reviens d’main. 
Peut-être...
Et comme on dit chez nous "Méfie-toi des gones que savent faire rien de rien, ils sont capables de tout".

 

23 janvier 2014

Evidemment Lyon

J’aime beaucoup le slogan de la campagne des Municipales. 
Le mot évidence vient du Latin "videre" qui signifie voir*.
C’est tellement évident que « ça crève les yeux ». 
A mon arrivée à Lyon il y a une quinzaine d’année, sous le signe du hasard, rien n’était évident si ce n’est qu’il me fallait prendre un nouveau départ après une trop longue parenthèse où je fus étrangère aux autres et à moi-même. Longtemps après, je sais qu’il était nécessaire que ça soit ici et nulle part ailleurs. 
Nécessité devenue rapidement une certitude, donc une évidence. 
La parisienne née en Tunisie a finalement trouvé son point d’ancrage. 
A tel point que donner mon temps et mon enthousiasme en a été la suite logique. 
Tellement évident mon cher Watson.
Nous reste à convaincre les lyonnais de tout ceci.
Pas si compliqué à mon avis on sait bien par ici que Lyon est le centre du monde. même si tout le monde peuvent pas être de Lyon, il en faut ben d'un peu partout. N'est-ce pas les gones ?

*(source Wikipedia)



Bookmark and Share

17 janvier 2014

Formidables

On dit toujours qu'en politique personne ne se fait de cadeau. 
C'est vrai que ça peut être un univers impitoyable (oui oui comme dans Dallas) mais pour la majorité des élus, ceux qui comme moi sont sur le terrain tous les jours et dont le but est de faire avancer les projets de leur ville et d'améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens, cette définition n'est vraiment pas valable.
En tout cas pas pour moi.
Cette  idée est d'autant plus ancrée en moi depuis notre dernier Conseil d'Arrondissement.
Cette seconde où Christian Coulon n'a pas pu contenir son émotion quand il a voulu rendre hommage à ceux qui ne repartiront pas avec nous la prochaine fois.
Ceux qui ont travaillé d'arrache-pied pour que notre arrondissement devienne un des plus dynamiques de Lyon.
Des gens formidables.
J'ai vraiment été très contente de les connaître moi aussi.
Marie-Françoise Deharo en premier qui m'a appris beaucoup sur ce travail depuis toutes ces années où je la côtoie et qui m'a également honorée de son amitié.
Formidables je vous dis.


Bookmark and Share